$150 $

Le manuscrit de L'Ode à un rossignol,
écrit de la main de John Keats.
Tableau de 43 cm x 33cm.

Plus de détails

livraison gratuite Envoi gratuit
virus covid emoji Livraison sans contact

“Ode to a Nightingale”, le manuscrit de John Keats

John Keats, auteur de l'Ode à un Rossignol, a acquis une renommée littéraire mondiale solide depuis plus de deux siècles, et ce au terme de quelques années d’écriture seulement : emporté par la tuberculose à l’âge de vingt-cinq ans, John Keats laisse à la postérité cinquante-quatre poèmes célébrés et étudiés aujourd’hui.

« Si la poésie ne vient pas aussi naturellement que les feuilles vont à l'arbre, mieux vaut qu'elle ne vienne pas du tout »

De son vivant, John Keats est un amoureux de littérature, de mythologie et de la langue française. Marqué par les décès successifs de son père et de sa mère, de sa grand-mère, il se réfugie dans les livres et dans la création. Il se prend de passion pour Les Métamorphoses d’Ovide, Le Paradis Perdu de Milton ou encore L’Enéide de Virgile – qu’il va jusqu’à traduire. La découverte du poème épique La Reine des Fées, d’Edmund Spenser (1590), sans doute vers l’âge de dix-huit ans, le bouleverse et marque un tournant dans sa vie. Keats est comme hypnotisé par l’art de la poésie.

Ode to a Nightingale - L'Ode à un Rossignol - Facsimilé du poème

En 1819, également endeuillé par la disparition de l’un de ses frères, le poète compose une série de six odes qui marqueront à jamais les lecteurs : l'Ode sur l'indolence, l'Ode sur la mélancolie, l'Ode à Psyché, l'Ode sur une urne grecque, l'Ode à l'automne et l'Ode à un rossignol. Il séjourne chez son ami Charles Armitage Brown, homme d’affaires et auteur, à Hampstead dans le nord de Londres. Keats a laissé tomber son emploi à l’hôpital – il se destinait à une carrière de chirurgien et d’apothicaire – pour se consacrer à l’écriture.

« Poetic feelings on the song of the nightingale »

Depuis les fenêtres du salon de son ami, le prunier dans le jardin lui aurait inspiré son Ode à un rossignol. Il se serait mis à écrire, avec une certaine frénésie, sur deux feuilles de papier brouillon déchirées dans un carnet de notes. Charles Armitage Brown, qui coécrivit avec Keats une tragédie en vers, s’occupa de sa santé et de ses conditions matérielles, puis œuvra pour la postérité de son ami, après sa disparition, raconta plus tard :

In the spring of 1819 a nightingale had built her nest near my house. Keats felt a tranquil and continual joy in her song; and one morning he took his chair from the breakfast-table to the grass-plot under a plum-tree, where he sat for two or three hours. When he came into the house, I perceived he had some scraps of paper in his hand, and these he was quietly thrusting behind the books. On inquiry, I found those scraps, four or five in number, contained his poetic feelings on the song of the nightingale.

Ode to a Nightingale - L'Ode à un Rossignol - Le manuscrit de John Keats

Ode à un rossignol est d’abord paru dans une revue, puis dans l’ouvrage Lamia, Isabella, The Eve of St. Agnes, and Other Poems (juillet 1820).



Après la publication en 2017 de La Gloire de père, l'éditeur poursuit son travail consacré à la série autobiographique Les Souvenirs d'enfance de l'auteur en en mettant à disposition le deuxième tome Le Château de ma mère. C'est grâce à la collaboration du petit-fils de l'auteur, Nicolas Pagnol, qu'il a été possible de reconstituer les fragments écrits laissés par l'écrivain. (...)