Tirage Terre de Sienne,
numéroté de 1 à 1000,
$260 $

Les Raisins de la colère
Grand format (25,5 x 37,5 cm)
Le manuscrit est en anglais

Plus de détails

livraison gratuite Livraison gratuite

Les Raisins de la colère, le manuscrit de John Steinbeck

Au début de l’année 1938, John Steinbeck, trente-six ans, est loin d’être un inconnu. Tortilla Flat ou encore Of Mice and Men (Des Souris et des Hommes) ont élevé le jeune homme au rang des auteurs en vue. Il est médaillé, adapté au théâtre, courtisé, guetté par les critiques autant que par le public. Les ventes de ses précédents ouvrages lui ont permis de s’extraire d’une certaine précarité. Mais Steinbeck ne savoure ni le succès ni les fruits de son travail : il est à l’aube de l’écriture du plus grand roman de sa vie, même s’il l’ignore encore, alors qu’il entame Les Raisins de la colère (The Grapes of Wrath) à l’intérieur des pages de deux immenses répertoires ici rassemblés et reproduits dans un coffret de très grand format.

Le manuscrit des Raisains de la colère
« Chaque nouveau livre paraît être le combat d’une vie entière. » (John Steinbeck - 9 août 1938)

Cinq mois d'écriture, précédés de tentatives infructueuses

Ce printemps-là, tournent indéfiniment dans l’esprit du romancier les trajectoires et le désespoir de migrants croisés ces derniers mois, dont il s’est fait le porte-parole à travers une série d’articles pour The San Francisco News intitulée « The Harvest Gypsies ». Le hantent également les images cauchemardesques de Visalia et Nipomo, villes regroupant des milliers de familles de migrants venus tenter leur chance en Californie, ravagées par les inondations et la famine entre février et mars 1938.

Les Raisains de la colère beau livre
« Il faut que ce soit un bon livre. Il ne saurait en être autrement. Je n’ai pas le choix. Cette tentative doit être la bonne, la meilleure, et de loin – lente mais assurée, juxtaposant chaque détail jusqu’à ce que le tableau d’ensemble apparaisse. » (John Steinbeck - 10 juin 1938)


Il ne lui faudra que cinq mois afin de composer son chef-d’œuvre The Grapes of Wrath. Entre mai et octobre 1938, John Steinbeck s’immerge dans l’écriture, pétri de doutes notamment en raison des tentatives précédentes qu’il estime ratées. Il n’a pas ou peu hésité, en effet, à jeter au feu ou à la corbeille les feuillets qui composaient le roman inachevé 'The Oklahomans' et la satire 'L’Affaire Lettuceberg'. Des tentatives qui, loin d’être vaines, furent des étapes indispensables à Steinbeck pour parvenir à l’excellence de The Grapes of Wrath.

Steinbeck au travail

Dans sa demeure de Greenwood Lane, à Los Gatos, c’est un Steinbeck exténué qui s’astreint à une ascèse du quotidien consistant à s’isoler, à repousser les sollicitations extérieures afin que l’histoire des Joad naisse et grandisse un peu plus chaque jour. Dans son bureau minuscule, tout en écoutant Le Lac des cygnes de Tchaïkovsky, Stravinsky et Beethoven, tâchant de faire abstraction des bruits de travaux du voisinage, il noircit ses pages pour déployer les fils de son intrigue. La première page du manuscrit débute par les mots « New Start » – en référence aux romans définitivement écartés par lui – ainsi que « Big Writing ». C’est que l’écrivain à la graphie microscopique aurait fait une promesse : écrire lisiblement sur les lignes de son bloc de papier – et non entre – afin que Carol, sa relectrice et dactylographe, ne perde pas de temps à le déchiffrer.

Ecriture de John Steinbeck
« Je ne suis pas écrivain. Si seulement je l’étais… Je n’ai fait que tromper le monde, y compris moi-même. Le succès me perdra aussi certainement que l’enfer existe. » (John Steinbeck - 16 août 1938)


« Big Writing », serment de forme ou vœu secret de fond ? Écriture lisible, ou rédaction d’un projet hors normes ? En 1936 and 1937, In Dubious Battle et Des Souris et des Hommes mettaient déjà l’engagement social de Steinbeck en évidence. Peut-être troublé par sa nouvelle stabilité financière, qui lui permet d’acheter sa propriété de Biddle Ranch – où il corrigera plus tard les épreuves des Raisins –, il pressent qu’il doit se consacrer à ce qui le dépasse. Ce manuscrit, à l’encre noire puis bleue, presque dépourvu de ratures ou de repentirs, dégage une émotion bouleversante par sa limpidité, surtout lorsque l’on sait – son journal d’écriture le démontre – que l’homme était traversé d’angoisses.

Les Raisins de la colère - feuillets écrits à la main

The Grapes of Wrath : un manuscrit inédit

Les trente chapitres sont rédigés par un Steinbeck dont l’esprit vacille, mais dont la plume est frappante d’assurance. De fait, les différences entre le manuscrit et la version publiée sont minimes, émanant principalement de Carol – dont on observe aussi, dans le document, des marques rouges –, du correcteur qui rétablit notamment la ponctuation, ou encore de son agent qui le convainquit d’atténuer son langage. Sur la 98e page du manuscrit, le mot « halfway » apparaît, signalant si besoin était la méticulosité de l’auteur… Le 26 octobre, date à laquelle il termine ce manuscrit unique, Steinbeck inscrit « END » en lettres démesurées au-dessous de la dernière ligne serrée mais célèbre du roman : « She looked up and across the barn and her lips came together and smiled mysteriously. »

Le manuscrit original des Raisins de la colère

Le titre The Grapes of Wrath sera proposé par Carol le 2 septembre. Elle aurait été inspirée par Battle Hymn of the Republic de Julia Ward Howe, repris dans Ecce Homo!, drame radiophonique de leur ami réalisateur Pare Lorentz.

« Ce que chaque lecteur retirera des Raisins de la colère sera à l’image de sa propre profondeur ou superficialité », écrivit Steinbeck à son éditeur Pascal Covici en janvier 1939. Quelques mois après la parution (avril 1939), le 6 mai 1940, John Steinbeck reçoit pour son roman le prix Pulitzer. Mais pour lui, l’écriture des 165 pages de ce manuscrit fut un voyage intense dont il peina à revenir, ne s’attaquant à nouveau à la fiction qu’avec À l’Est d’Eden plusieurs années plus tard.

Le manuscrit, jadis offert par Steinbeck à Carol, est conservé dans la collection Clifton Waller Barrett de l’Université de Virginie depuis mars 1960.

Édité en très grand format

Le manuscrit original des Raisins de la colère


Afin de respecter l'oeuvre d'origine, le manuscrit a été édité en très grand format : 25,5 cm x 37,5 cm.

Le manuscrit original des Raisins de la colère

Sources:

- Working Days: The Journals of The Grapes of Wrath, Penguin Books (1990).

- Steinbeck: A Life in Letters, sous la direction d’Elaine Steinbeck et Robert Wallsten, Penguin Books (1989).

- Marie-Christine Lemardeley-Cunci commente Les raisins de la colère, Gallimard (coll. Foliothèque, 1998).

- Robert DeMott (Ohio University), Working Days and Hours: Steinbeck's Writing of The Grapes of Wrath. Studies in American Fiction, Johns Hopkins University Press Volume 18, Number 1 (Spring 1990).

- Warren French, A Companion to The Grapes of Wrath, The Viking Press (1963).

- Susan Shillinglaw, On Reading The Grapes of Wrath, Penguin (2014); Carol and John Steinbeck: Portrait of a Marriage, University of Nevada Press (2013).

- Roy S. Simmonds, The Original Manuscript of Steinbeck's The Grapes of Wrath. "The Grapes of Wrath", A Special Issue Winter, 1990. San Jose Studies, Volume XVI, number 1 (San José State University Foundation, 1990). (The essays in this issue stem from presentations given March 16-18, 1989, at San Jose State University: "The Grapes of Wrath, 1939-1989: An Interdisciplinary Forum.")


Le Figaro Logo

Voyage au bout de la nuit : "La publication du tout premier 'jet' du Voyage au bout de la nuit enchante les Céliniens. Le plus ancien d'entre eux, Henri Godard, commente cet inédit" (...)

France Info Logo

Voyage au bout de la nuit : "Le manuscrit de ce texte vaut de l’or et aujourd’hui, il est conservé dans un coffre à la Bibliothèque Nationale" (...)


Les Fleurs du mal : "Vous l'avez peut-être vu hier mais comme les épreuves du bac démarrent demain on y pense : les éditions des Saints Pères publient cette semaine les épreuves corrigées du recueil de poèmes de Charles Baudelaire, c'est la seule trace manuscrite du chef d'œuvre de l'auteur puisque le manuscrit original n'a jamais été retrouvé" (...)


La Gloire de mon père : Une écriture sage, claire, appliquée, parsemée de boucles délicates. Des textes peu raturés mais réécrits, retravaillés dans une quête d'élégance permanente, parmi lesquels surgit soudain la froideur régulière d'une page dactylographiée annotée, complétée par la main de l'écrivain dans un curieux mélange extrêmement touchant. Ainsi se dévoile Marcel Pagnol (...)


À la recherche du temps perdu : "Dans une première version, rédigée en 1907, Marcel Proust se souvient avec émotion du goût du pain grillé mêlé au miel. Dans une seconde version, le pain grillé devient une biscotte. Il faudra attendre une troisième version pour que Proust se souvienne finalement du goût de la madeleine offert par sa tante" (...)