Tirage bleu nuit,
numéroté de 1 à 1000,
120 €

Grand format (25 x 35 cm)

Plus de détails

livraison gratuite Livraison gratuite

Journal (1895-1896) - le manuscrit d'Alfred Dreyfus

Le Journal d’Alfred Dreyfus : un document historique et poignant écrit alors que l’homme est en déportation sur l'Île-du-Diable, entre 1895 et 1896. Près de 125 ans après une affaire qui est encore décortiquée par les spécialistes et adaptée dans des œuvres culturelles, il paraissait important de proposer au public cette immersion dans les pensées heurtées et suppliciées du plus célèbre innocent de l’histoire de France.

livre du journal de Dreyfus

«Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme » : si le manuscrit vibrant d’Émile Zola en Une de L’Aurore éveillait les consciences endormies, celui, moins connu mais non moins bouleversant, d’Alfred Dreyfus, est un document historique et humain unique.

Ce manuscrit, reproduit pour la première fois, est édité en grand format.

L'Affaire Dreyfus

« J’avais jusqu’à présent le culte de la raison », explique Dreyfus au début de ce Journal. « Quel effondrement de toutes mes croyances »…

Car en l’espace de quelques mois, cet homme qui avait dédié sa vie à sa carrière militaire – brillante, par ailleurs – et à sa patrie, voit son existence s’effondrer, dans le déshonneur le plus total. Le samedi 13 octobre 1894, il est convoqué par sa hiérarchie et mis au secret afin d’être interrogé pendant dix-sept jours consécutifs. On l’accuse d’avoir trahi son pays et espionné pour le compte de l’Allemagne. Alfred Dreyfus se défend, mais il est traduit devant le premier conseil de guerre permanent du gouvernement militaire de Paris, condamné puis dégradé le 5 janvier 1894 dans la grande cour de l’École militaire. Il trouve alors encore la force de crier son innocence. Dans les jours qui suivent, il est conduit à la prison de la Santé, à la Rochelle et à l’Ile de Ré, puis enfin acheminé vers la Guyane.

Le manuscrit de l'affaire Dreyfus

Je veux résister jusqu’à ma dernière goutte de sang.

Après une traversée maritime difficile, il est débarqué le 13 avril dans l'Île-du-Diable, la bien-nommée : ce caillou du bout du monde a jadis abrité des lépreux en quarantaine. Il est désormais dévolu aux prisonniers que l’on souhaiterait faire disparaître de la mémoire des vivants…

Le Journal d’un prisonnier

Mais rien ne peut faire oublier Dreyfus. Tandis qu’en France, sa famille et ses soutiens s’organisent et poursuivent le combat pour la vérité, le condamné tâche quant à lui de survivre par tous les moyens sur l'Île-du-Diable.

le manuscrit de Dreyfus aux Éditions des Saints Pères

Je suis brisé de corps et d’âme.

Intitulé "Mon journal", rédigé du 14 avril 1895 au 10 septembre 1896, ce carnet de trente-deux feuillets est le témoignage saisissant de l’incrédulité ainsi que du désespoir d’un être qui perd peu à peu sa confiance en la justice des hommes. Privé de sa parole comme de contacts avec les siens, Dreyfus se tourne vers la dernière ressource qui lui reste, son esprit, pourtant mis à mal, et l’arme ultime, sa plume. Sur la page de garde du carnet, il indique sobrement « pour être remis à ma femme », sa chère Lucie, dont il n’aura des nouvelles que sporadiquement.

Rédigé d’une encre mêlée de larmes et de souffrance, le carnet lui est retiré à un moment où ses conditions de détention empirent. Il lui sera restitué à la fin de sa captivité, quelques années plus tard, en 1899.

Un document historique poignant

Incompréhension. Douleurs morales et physiques. Questions lancinantes qui restent sans réponse. Attente d’une correspondance qui n’arrive pas et qui l’aiderait pourtant à tenir… Dans un cabanon de quatre mètres carré, fermé par une porte munie de barres de fer, sans lumière autre que celle du jour, l’homme observe les heures s’écouler par la lucarne fumée qui donne sur un paysage abrupt. Il est coupé des siens, et ses geôliers ont ordre de ne pas lui adresser la parole. Ses demandes de vivres et d’objets du quotidien sont perpétuellement refusées. Le prisonnier se bricole une cuisine sans vaisselle, se nourrit de riz, de café et de thé, de lard, de pain, de légumes en conserve et de concombres ou tomates trouvés sur l’île. Il parvient péniblement à faire du feu et à nettoyer son linge avec de la cendre. Taraudé par les points sombres de l’affaire portant désormais son nom, il se distrait en coupant du bois, en apprenant l’anglais ou en écrivant. Il affronte de fortes chaleurs, des pluies torrentielles et des attaques d’insectes en tous genres. Entre insomnies, déshonneur, solitude et fortes fièvres : rien ne lui est épargné, et tout est consigné dans ce carnet de bord où la souffrance affleure à chaque ligne. Et si Alfred Dreyfus ne se laisse pas mourir, dans cet exil terrible, c’est bien pour son épouse adorée, Lucie, et pour leurs deux jeunes enfants Pierre et Jeanne.

Le journal d'un prisonnier

Je n’ai même pas le droit de mourir.

Cependant, l’obsession d’une réhabilitation future ne le quitte pas. Il n’ose y croire, mais continue de la convoquer. A-t-il l’intuition, dans les moments les plus durs, qu’il finira par l’obtenir ?

Si le Journal s’achève sur une note sombre, le 10 septembre 1896, tandis que Dreyfus s’adresse au président de la République, la lumière se trouve cependant au bout de l’enfer.

Alfred Dreyfus, un homme courageux et engagé

Né le 9 octobre 1859 à Mulhouse, Alfred Dreyfus grandit dans une famille bourgeoise, entre l’Alsace, Paris et la Suisse. Il est reçu à l’École Polytechnique en 1878. En septembre 1889, il est nommé capitaine au 21e régiment d'artillerie. Il est ensuite admis à l'École de guerre en 1890, la veille de son mariage avec Lucie Hadamard (18 avril 1890). Officier brillant, apprécié par ses supérieurs, il suscite toutefois des jalousies.

le facsimile du manuscrit d'Alfred Dreyfus

« L’Affaire » débute le 15 octobre 1894. Alfred Dreyfus est dégradé est déporté début 1895. Il ne rentrera de son exil qu’en juin 1899. Il est jugé une deuxième fois en conseil de guerre, à Rennes, reconnu coupable à nouveau mais finalement gracié par le président de la République Émile Loubet. Émile Zola, dans une lettre qu’il envoie à Lucie Dreyfus, écrit alors sa joie de voir l’accusé libre mais sa grande consternation : « Notre déchéance est telle que nous en sommes réduits à féliciter le gouvernement de s’être montré pitoyable ».

Les années qui suivent, Alfred Dreyfus n’a de cesse de se battre pour sa réhabilitation, obtenue enfin en 1906. Il meurt à Paris en 1935, après s’être battu au Chemin des Dames et à Verdun en 1917, et avoir été promu Officier de la Légion d’Honneur en 1919.

Le fac-similé est édité pour la première fois. Tous nos remerciements à la Fondation Zola-Dreyfus.

le carnet de note d'Alfred Dreyfus

Édité en grand format

Cette édition bleu nuit a été
tirée à 1000 exemplaires.

Chaque coffret est fabriqué à la main.


Logo Figaro

Le Voyage au bout de la Nuit : Rencontre avec Henri Godard et quelques céliniens à l'occasion de la publication du manuscrit original. Il évoque les longs combats des céliniens, le manuscrit original de Voyage au bout de la nuit acquis en 2001 par la BNF et que les Éditions des Saints Pères s'apprêtent à éditer. (...)

Logo Le Monde

A la Recherche du temps perdu : Dans A la recherche du temps perdu, la suite de romans de Marcel Proust, une célèbre scène a donné naissance à une expression entrée dans le langage courant, et désignant un souvenir qui nous frappe brusquement. Dans Du côté de chez Swann, Marcel est plongé dans ses souvenirs d'enfance par le goût d'une madeleine trempée dans du thé et offerte par sa mère. (...)

Logo Le Point

L'Écume des jours : 54 ans après sa mort, l'auteur bat tous les records de vente avec la luxueuse édition du manuscrit de L'Écume des jours. Autre succès inattendu : une jeune maison d'édition, les Éditions des Saints-Pères, vient d'éditer un magnifique ouvrage de collection qui reproduit le manuscrit du roman. Ce dernier est rédigé au dos d'imprimés de l'Afnor (Association française de normalisation), où Boris Vian "travaillait". (...)

Logo Tf1

La Bible : A l’occasion des fêtes de fin d’année, les maisons d’édition sortent toujours des livres d’exception, celle des Saints Pères vient d’achever un projet un peu fou, vous allez le voir : éditer un manuscrit unique, la première traduction de la Bible en français. L'original, lui, est à la British Library de Londres. (...)

Logo France 2

Alice au Pays des Merveilles : Aujourd'hui elle signe la préface d'une très belle réédition, elle va nous dire pourquoi ce livre a vraiment quelque chose de magique, voici maintenant l'invitée des cinq dernières minutes, Amélie Nothomb, merci vraiment d’être avec nous pour nous parler de la publication du manuscrit d’Alice aux Pays des Merveilles publié aux Éditions des Saints Pères (...)

Canal Plus

Les Fleurs du Mal : Regardez-moi cette merveille, parce que c’est quand même une merveille ! C’est une édition du manuscrit original des Fleurs du Mal qui date de juin 1857 ! Alors on appelle ça des épreuves corrigées, elles comprennent les ratures, les modifications, les réctifications de l'auteur, juste après les remarques de son éditeur, avant publication. C’est un truc de fétichiste en fait (...)

Logo France 5

La Nuit des Temps : Le précurseur de la science fiction française René Barjavel a-t-il gardé tout son pouvoir de séduction ? Les Éditions des Saints Pères ont en tout cas décidé de rééditer une version luxueuse de La Nuit des Temps paru il y a 50 ans. Un roman qui mêle le récit d'aventure, l'utopie et le drame amoureux. C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui s'aiment et qu'on va essayer de séparer pour sauver une civilisation (...)

The New York Yimes logo

Mrs Dalloway : Thanks to a new reproduction of the only full draft of Mrs. Dalloway, handwritten in three notebooks and initially titled “The Hours,” we now know that the story she completed — about a day in the life of a London housewife planning a dinner party — was a far cry from the one she’d set out to write (...)

The Guardian Logo

The Grapes of Wrath : The handwritten manuscript of John Steinbeck’s masterpiece The Grapes of Wrath, complete with the swearwords excised from the published novel and revealing the urgency with which the author wrote, is to be published for the first time. There are scarcely any crossings-out or rewrites in the manuscript, although the original shows how publisher Viking Press edited out Steinbeck’s dozen uses of the word “fuck”, in an attempt to make the novel less controversial. (...)

Die Welt Logo

Frankenstein : Im von einem Vulkanausbruch verdunkelten Sommer 1816 erlebte die Literatur einen ihrer feinsten Momente. In einer Villa am Genfer See verabredeten Lord Byron und sein Leibarzt John Polidori, Percy Bysshe Shelley und seine erst neunzehnjährige Frau Mary Shelley, jeder eine Schauergeschichte zu schreiben. (...)