500 exemplaires numérotés
$100 $

Le manuscrit du "Rondeau", 
écrit de la main d'Alfred de Musset.

Document recto-verso
Encadrement entre-deux-verres
Tableau de 33 cm x 43 cm

Plus de détails

livraison gratuite Livraison gratuite

Rondeau, le manuscrit d'Alfred de Musset

Alfred de Musset badinait-il avec l’amour, lorsqu’il écrivit ce poème publié dans le recueil Poésies nouvelles ? S’adressait-il à Manon Lescaut, héroïne littéraire qui le fascinait, symbole d’un idéal féminin ? À une amante méconnue ?

Dès 1833, Musset écrit en effet dans Namouna, conte oriental :

« Manon ! Sphinx étonnant ! Véritable Sirène,

Cœur trois fois féminin, Cléopâtre en paniers ! (...)

Comme je crois en toi ! Comme je t’aime et je te hais !

Quelle perversité ! Quelle ardeur inouïe

Pour l’or et pour le plaisir ! Comme toute la vie

Est dans tes moindres mots ! Ah ! folle que tu es :

Comme je t’aimerais demain si tu vivais ! »

.

manuscrit Rondeau - recto

Passionné par les femmes et par l'amour

Jeune homme de bonne famille, qui avait entrepris des études de droit et de médecine, Alfred de Musset voit sa première comédie mise en scène au théâtre alors qu'il a seulement 20 ans. C’est un échec, qui ne met pas pour autant un terme à sa carrière d’auteur, dont quelques points d’orgue seront Lorenzaccio ou encore la Confession d’un Enfant du Siècle. Musset sera aussi bibliothécaire du ministère de l'Intérieur sous la Monarchie de juillet, bibliothécaire du ministère de l'Instruction publique sous l'Empire, et élu à l’Académie française en 1852 au fauteuil 10 en remplacement d’Emmanuel Dupaty.

Chantre du romantisme par excellence, celui qui fréquentait les cercles littéraires du début du XIXe siècle, ami de Charles Nodier, Alfred de Vigny, Prosper Mérimée et Victor Hugo, est aussi un grand amoureux. Sa rencontre avec Aurore Dupin, épouse du baron Dudevant, plus connue sous le nom de George Sand, romancière, sulfureuse féministe avant l’heure qui s’habille en homme, est déterminante. Voyages, liaisons et déliaisons, passions et vacarmes, vont marquer les deux ans de leur histoire (1833-1835).

manuscrit Rondeau - cadre verso

Ses amours seront nombreuses, parmi elles la princesse Christine de Belgiojoso ; l’actrice Louise-Rosalie Ross - future Mademoiselle Despréaux - ou encore la poétesse Louise Colet, maîtresse de Flaubert.

Rondeau en cadre

RONDEAU

Fut-il jamais douceur de cœur pareille
À voir Manon dans mes bras sommeiller ?
Son front coquet parfume l'oreiller ;
Dans son beau sein j'entends son cœur qui veille.
Un songe passe, et s'en vient l'égayer.

Ainsi s'endort une fleur d'églantier,
Dans son calice enfermant une abeille.
Moi, je la berce - un plus charmant métier
Fut-il jamais ?

Mais le jour vient, et l'aurore vermeille
Effeuille au vent son bouquet printanier.
Le peigne en main et la perle à l'oreille
À son miroir Manon court m'oublier.
Hélas ! l'amour sans lendemain ni veille
Fut-il jamais ?

image Rondeau manuscrit

Document recto-verso présenté dans un cadre entre-deux-verres (33 cm x 43 cm).

Cadre en bois, fabriqué en France. Chaque tableau est assemblé à la main dans nos ateliers à Cambremer.


Le Figaro Logo

Voyage au bout de la nuit : "La publication du tout premier 'jet' du Voyage au bout de la nuit enchante les Céliniens. Le plus ancien d'entre eux, Henri Godard, commente cet inédit" (...)

France Info Logo

Voyage au bout de la nuit : "Le manuscrit de ce texte vaut de l’or et aujourd’hui, il est conservé dans un coffre à la Bibliothèque Nationale" (...)


Les Fleurs du mal : "Vous l'avez peut-être vu hier mais comme les épreuves du bac démarrent demain on y pense : les éditions des Saints Pères publient cette semaine les épreuves corrigées du recueil de poèmes de Charles Baudelaire, c'est la seule trace manuscrite du chef d'œuvre de l'auteur puisque le manuscrit original n'a jamais été retrouvé" (...)


La Gloire de mon père : Une écriture sage, claire, appliquée, parsemée de boucles délicates. Des textes peu raturés mais réécrits, retravaillés dans une quête d'élégance permanente, parmi lesquels surgit soudain la froideur régulière d'une page dactylographiée annotée, complétée par la main de l'écrivain dans un curieux mélange extrêmement touchant. Ainsi se dévoile Marcel Pagnol (...)


À la recherche du temps perdu : "Dans une première version, rédigée en 1907, Marcel Proust se souvient avec émotion du goût du pain grillé mêlé au miel. Dans une seconde version, le pain grillé devient une biscotte. Il faudra attendre une troisième version pour que Proust se souvienne finalement du goût de la madeleine offert par sa tante" (...)