500 exemplaires numérotés
$100 $

Le manuscrit de "La Mielleuse figue" (Poème à Lou),
écrit de la main de Guillaume Apollinaire.

Document recto-verso
Encadrement entre-deux-verres
Tableau de 33 cm x 43 cm

Plus de détails

livraison gratuite Livraison gratuite

La Mielleuse figue : Le Poème à Lou, de Guillaume Apollinaire

"Mes amours d’ un instant valent des amours d’ un siècle" écrivait Guglielmo Alberto Wladimiro Alesandro Apollinare de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, dans L’ Hérésiarque & Cie. Est-ce la raison pour laquelle « Le Pont Mirabeau », « La Chanson du Mal-Aimé » ou encore ses fameux Calligrammes, ont traversé les décennies pour encore vibrer à notre époque ?

Fut-il l’un des plus grands poètes du 20e siècle, comme certains de ses contemporains se plaisaient à l’ annoncer ? À l’origine de surréalisme et de l’orphisme, Guillaume Apollinaire a, dans Alcools – dont les manuscrits ont été publiés par les Éditions des Saints Pères (2017) – d’avoir bouleversé les codes en supprimant, sur épreuves, toute trace de ponctuation. Apollinaire privilégie alors la musique au rythme. Les mots donnent à eux seuls le tempo.

.

la mielleuse figue - cadre recto

Apollinaire écrit depuis qu’ il est enfant. Il griffonne, prend des notes quel que soit le contexte, dans les tranchées ou sur un lit d’ hôpital ; il se laisse aller à ses rêveries, marche inlassablement, s’ inspire de paysages, de rencontres, et de ses amours.

Lorsqu’ il rédige cette « Mielleuse figue », en octobre 1914, Apollinaire est loin d’ être un inconnu. Publié dans des revues littéraires, conférencier et critique d’art, il est l’auteur inavoué du sulfureux Onze Mille Verges (1907) ; L’Hérésiarque a obtenu quelques voix au prix Goncourt en 1910, Alcools a été édité au Mercure de France en 1913.

.

la mielleuse figue - cadre verso

Il écrit ici son premier poème à une femme qui sera sans doute celle dont le nom est le plus indissociable du sien aujourd’hui, Louise de Coligny-Châtillon, la fameuse Lou. Apollinaire a fait sa connaissance très récemment, dans un restaurant à Nice. Leur liaison sera aussi intense que brève et "Gui" adressera de nombreuses lettres à celle qu’ il aimait appeler son "étoile palpitante".

cadre la figue mielleuse

Retranscription :

La mielleuse figue octobrine

Seule a la saveur de vos lèvres

Qui ressemblent à sa blessure

Lorsque trop mûr le noble fruit

Que je voudrais cueillir

Paraît sur le point de choir

C’ est dans cette fleur que bat mon cœur

Qui sent si bon et d’ où monte un beau ciel de nuées

Aromatiques enfants de cet œillet plus vivant

Que vos mains

Et plus pieux que vos ongles

Et puis voici l’ engin

Avec quoi pêcheur

Je

Capture l’ immense monstre de ton désir

Qu’ un art étrange abîme au sein des nuits profondes

mielleuse figue - grande image

Document recto-verso présenté dans un cadre entre-deux-verres (33 cm x 43 cm).

Cadre en bois, fabriqué en France. Chaque tableau est assemblé à la main dans nos ateliers à Cambremer.


Le Figaro Logo

Voyage au bout de la nuit : "La publication du tout premier 'jet' du Voyage au bout de la nuit enchante les Céliniens. Le plus ancien d'entre eux, Henri Godard, commente cet inédit" (...)

France Info Logo

Voyage au bout de la nuit : "Le manuscrit de ce texte vaut de l’or et aujourd’hui, il est conservé dans un coffre à la Bibliothèque Nationale" (...)


Les Fleurs du mal : "Vous l'avez peut-être vu hier mais comme les épreuves du bac démarrent demain on y pense : les éditions des Saints Pères publient cette semaine les épreuves corrigées du recueil de poèmes de Charles Baudelaire, c'est la seule trace manuscrite du chef d'œuvre de l'auteur puisque le manuscrit original n'a jamais été retrouvé" (...)


La Gloire de mon père : Une écriture sage, claire, appliquée, parsemée de boucles délicates. Des textes peu raturés mais réécrits, retravaillés dans une quête d'élégance permanente, parmi lesquels surgit soudain la froideur régulière d'une page dactylographiée annotée, complétée par la main de l'écrivain dans un curieux mélange extrêmement touchant. Ainsi se dévoile Marcel Pagnol (...)


À la recherche du temps perdu : "Dans une première version, rédigée en 1907, Marcel Proust se souvient avec émotion du goût du pain grillé mêlé au miel. Dans une seconde version, le pain grillé devient une biscotte. Il faudra attendre une troisième version pour que Proust se souvienne finalement du goût de la madeleine offert par sa tante" (...)