Tirage gris acier,

numéroté de 1 à 1000,

120 €

Grand format (25 x 35 cm)
- Indisponible -

Plus de détails

Prévenez-moi en cas de réassort :

J'accuse...!, le manuscrit d'Émile Zola

À l'occasion des 120 ans de la parution de la tribune d'Émile Zola dans L'Aurore, nous sommes heureux de vous présenter le manuscrit de J'accuse...!, symbole de l'engagement pour la vérité et contre l'injustice.

J'accuse, le manuscrit d'Emile Zola

"Sa parole courageuse a réveillé la France" (Anatole France)

1898. L’affaire Dreyfus fait rage et divise encore la France. Le capitaine Alfred Dreyfus, qui n’a pas encore quarante ans, croupit en prison. Depuis plus de trois ans, il vit un cauchemar éveillé. Accusé d’avoir trahi son pays, traduit devant le premier conseil de guerre permanent du gouvernement militaire de Paris, condamné le 22 décembre 1894 à la dégradation et à la déportation, il survit dans un bagne de Guyane française, sur l’Île-du-Diable, dans des conditions épouvantables. Il a été séparé de son épouse Lucie et de leurs enfants en bas âge, restés en métropole ; il se clame innocent depuis le début de l’Affaire, soutenu par son frère dévoué, qui se bat vaillamment pour rétablir la vérité.

Émile Zola reste d’abord étranger à l'affaire, estimant le dossier contre Dreyfus trop solide pour être remis en cause. Jusqu’à la fin de l’année 1897, où il publie une série de trois articles en novembre, dans Le Figaro, dont le premier affirme dans sa conclusion restée célèbre : "La vérité est en marche, rien ne l'arrêtera plus."

Après l’acquittement à l’unanimité du commandant Esterhazy – véritable coupable, reconnu par le lieutenant-colonel Georges Picquart, chef du service des renseignements militaires – devant un conseil de guerre, Émile Zola jette à nouveau sa plume indignée sur le papier afin d’écrire, d’une traite, un article vibrant. Sous forme de lettre ouverte au président de la République Félix Faure, le texte est publié sur six colonnes en Une de L’Aurore le 13 janvier 1898. Il crie à l’erreur et même à la machination judiciaire.

Mais quelle tache de boue sur votre nom que cette abominable affaire D ! (…) La vérité, je la dirai, car j’ai promis de la dire. (…) Ah cette 1ère affaire est un cauchemar, pour qui la connaît dans ses détails vrais !

Trois cent mille exemplaires du journal s'arrachent en quelques heures. C’est alors une "guerre du papier" qui éclate et secoue la société française, dans les revues, avec force caricatures, affiches, tracts... Zola devient la cible d’une propagande antidreyfusarde et antisémite abjecte.

En ces années, Émile Zola est un homme de lettres des plus en vue. Il est décoré de la Légion d'honneur et préside la Société des gens de lettres. Il fréquente les cénacles littéraires parisiens prestigieux – comme celui des frères Goncourt - ; il se lie avec Gustave Flaubert, Alphonse Daudet ou encore Guy de Maupassant. Ses livres connaissent un succès renouvelé – Thérèse Raquin (1867), puis la colossale fresque romanesque en vingt volumes des Rougon-Macquart, avec L'Assommoir (1876), Nana (1879), Germinal (1885), etc.

Avec l’article J’accuse...!, Zola s’expose à des représailles, et il le sait : ses accusations nominatives, dont celles visant le ministre de la Guerre et le chef d’état-major de l’armée, ne peuvent rester sans réponse. La riposte judiciaire tombe peu après, le romancier est convoqué au tribunal au mois de février de la même année, et si le procès ébranle les convictions et joue en faveur d’Alfred Dreyfus, Zola est contraint de s’exiler à Londres. L’intervention de l’écrivain déclenche ensuite ce qui permettra la réhabilitation de l’innocent par la Cour de cassation en 1906. Le procès de Rennes en 1899 est l’occasion de réviser le cas et Dreyfus est gracié quoique pas encore innocenté.

Un document qui change le cours de l’histoire et signe un tournant dans la vie d’Émile Zola

L’engagement des écrivains au service de grandes causes humanistes se renouvelle à travers les âges et les époques. Voltaire et l’affaire Calas, au XVIIIe siècle, en est une belle illustration. Plus proche de Zola, l’affrontement de Victor Hugo et Louis-Napoléon Bonaparte aura marqué le XIXe siècle.

Au sujet de J’accuse...!, Charles Péguy écrivit : "Le choc fut si extraordinaire que Paris faillit se retourner", tandis que Jules Guesde salua ce qu’il qualifiait "d’acte le plus révolutionnaire du siècle".

Émile Zola avait-il conscience, en noircissant de sa plume élégante et courageuse ces trente-neuf feuillets, qu’il influencerait ainsi le cours de l’histoire ?

Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Pouvait-il se douter qu’il disparaîtrait lui-même, dans des circonstances comportant encore des zones d’ombre et de mystère, quatre ans plus tard ? Le manuscrit demeura dans la famille pendant de nombreuses années.

extrait du manuscrit de J'accuse

Un des manuscrits historiques les plus précieux

En 1987, les trente-neuf pages sont mises en vente aux enchères par une arrière-petite-fille du romancier. François Léotard, alors ministre de la Culture et de la Communication, se positionne : "J’ai pris la décision, comme pour un monument historique, de faire en sorte qu’il ne puisse pas sortir du territoire national." C’est la BnF qui le conserve aujourd'hui, après en avoir fait l’acquisition en 1991 pour six millions de francs.

De nombreux grands manuscrits d’Émile Zola – l’essentiel de ceux composant les Rougon-Macquart, entre autres, ainsi qu’une partie de sa correspondance – sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. Alexandrine Zola, sa fille, légua à la Bibliothèque de Méjanes Trois Villes ; le manuscrit de Nana se trouve quant à lui à la Pierpont Morgan Library de New York. La New York Public Library, la Fondation Martin Bodmer à Cologny, ou encore la Houghton Library de Harvard, sont également dépositaires et propriétaires de certains de ces trésors.

autre extrait du manuscrit d'Emile Zola

Une préface de Jean-Marie Rouart, de l’Académie française

Jean-Marie Rouart est romancier, essayiste et chroniqueur français. Il est membre de l'Académie française depuis 1997. Ses derniers ouvrages parus sont un Dictionnaire amoureux de Jean d'Ormesson (Plon, 2019) et récemment le roman Ils voyagèrent vers des pays perdus (Albin Michel, 2021).

L’Académicien, engagé au service de multiples grandes causes – révision des affaires Raddad ou encore Joushomme, lutte contre la prostitution – propose dans cette édition une préface inspirée sur le rôle public de l’écrivain au service de la justice. "Rien sinon l’amour de la vérité ne prédisposait Zola à échanger sa position confortable d’écrivain à succès."

couverture du livre J'accuse

Logo Figaro

Le Voyage au bout de la Nuit : Rencontre avec Henri Godard et quelques céliniens à l'occasion de la publication du manuscrit original. Il évoque les longs combats des céliniens, le manuscrit original de Voyage au bout de la nuit acquis en 2001 par la BNF et que les Éditions des Saints Pères s'apprêtent à éditer. (...)

Logo Le Monde

A la Recherche du temps perdu : Dans A la recherche du temps perdu, la suite de romans de Marcel Proust, une célèbre scène a donné naissance à une expression entrée dans le langage courant, et désignant un souvenir qui nous frappe brusquement. Dans Du côté de chez Swann, Marcel est plongé dans ses souvenirs d'enfance par le goût d'une madeleine trempée dans du thé et offerte par sa mère. (...)

Logo Le Point

L'Écume des jours : 54 ans après sa mort, l'auteur bat tous les records de vente avec la luxueuse édition du manuscrit de L'Écume des jours. Autre succès inattendu : une jeune maison d'édition, les Éditions des Saints-Pères, vient d'éditer un magnifique ouvrage de collection qui reproduit le manuscrit du roman. Ce dernier est rédigé au dos d'imprimés de l'Afnor (Association française de normalisation), où Boris Vian "travaillait". (...)

Logo Tf1

La Bible : A l’occasion des fêtes de fin d’année, les maisons d’édition sortent toujours des livres d’exception, celle des Saints Pères vient d’achever un projet un peu fou, vous allez le voir : éditer un manuscrit unique, la première traduction de la Bible en français. L'original, lui, est à la British Library de Londres. (...)

Logo France 2

Alice au Pays des Merveilles : Aujourd'hui elle signe la préface d'une très belle réédition, elle va nous dire pourquoi ce livre a vraiment quelque chose de magique, voici maintenant l'invitée des cinq dernières minutes, Amélie Nothomb, merci vraiment d’être avec nous pour nous parler de la publication du manuscrit d’Alice aux Pays des Merveilles publié aux Éditions des Saints Pères (...)

Canal Plus

Les Fleurs du Mal : Regardez-moi cette merveille, parce que c’est quand même une merveille ! C’est une édition du manuscrit original des Fleurs du Mal qui date de juin 1857 ! Alors on appelle ça des épreuves corrigées, elles comprennent les ratures, les modifications, les réctifications de l'auteur, juste après les remarques de son éditeur, avant publication. C’est un truc de fétichiste en fait (...)

Logo France 5

La Nuit des Temps : Le précurseur de la science fiction française René Barjavel a-t-il gardé tout son pouvoir de séduction ? Les Éditions des Saints Pères ont en tout cas décidé de rééditer une version luxueuse de La Nuit des Temps paru il y a 50 ans. Un roman qui mêle le récit d'aventure, l'utopie et le drame amoureux. C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui s'aiment et qu'on va essayer de séparer pour sauver une civilisation (...)

The New York Yimes logo

Mrs Dalloway : Thanks to a new reproduction of the only full draft of Mrs. Dalloway, handwritten in three notebooks and initially titled “The Hours,” we now know that the story she completed — about a day in the life of a London housewife planning a dinner party — was a far cry from the one she’d set out to write (...)

The Guardian Logo

The Grapes of Wrath : The handwritten manuscript of John Steinbeck’s masterpiece The Grapes of Wrath, complete with the swearwords excised from the published novel and revealing the urgency with which the author wrote, is to be published for the first time. There are scarcely any crossings-out or rewrites in the manuscript, although the original shows how publisher Viking Press edited out Steinbeck’s dozen uses of the word “fuck”, in an attempt to make the novel less controversial. (...)

Die Welt Logo

Frankenstein : Im von einem Vulkanausbruch verdunkelten Sommer 1816 erlebte die Literatur einen ihrer feinsten Momente. In einer Villa am Genfer See verabredeten Lord Byron und sein Leibarzt John Polidori, Percy Bysshe Shelley und seine erst neunzehnjährige Frau Mary Shelley, jeder eine Schauergeschichte zu schreiben. (...)

Avis Clients

Aurélie

Sublime, un grand merci pour votre travail.

Dhugues

Un très beau produit qui a surpris et fait plaisir à la personne à qui il était destiné. Une très belle réalisation. Bravo

Claude Surzur

Je suis vraiment ravi et enthousiaste de la qualité de service (notamment du contact client) et de la qualité des produits proposés par les Editions des Saints Pères je souhaite rester un fidèle client de ces Editions en fonction des produits proposés