1000 exemplaires numérotés
N°1-50  : Reliure bleu nuit (épuisé)
N°51-1000 : Reliure grise
$140 $
Grand format (25 x 35 cm)

Plus de détails

Christmas tree Livraison express offerte livraison gratuite

Nouvelle collection de livres rares et illustrés

Nous sommes heureux de vous présenter notre nouvelle collection de livres rares et illustrés. De quoi s'agit-il ? De rééditions d'ouvrages rares, jadis tirés en séries limitées et numérotées. Textes signés par de grands auteurs, grands classiques de la littérature, ouvrages parfois frappés par la censure en raison de contenus subversifs compte tenu de leurs époques, illustrés par des artistes de renom.

Pour ouvrir cette nouvelle collection, nous vous proposons un beau livre entièrement réalisé par le poète fétiche des Éditions des Saints Pères – voir nos éditions de La Belle et la Bête, La Voix humaine, Le Mystère de Jean l’oiseleur : Jean Cocteau.

Le tirage de tête de cette nouvelle édition d’Orphée est limité à 50 exemplaires, sur papier coton (épuisé).

livre Orphee

Une transposition contemporaine du mythe d'Orphée

Jean Cocteau est l’écrivain des mystères, de la beauté et de la création, de l’amour sublime et de la magie, par excellence. Dans son œuvre, les références classiques côtoient avec une jubilation presque céleste un élan moderne inégalé. Car Jean Cocteau a toujours souhaité "retendre la peau des mythes", ainsi qu’il l’a prouvé dès ses jeunes années, avec Antigone, pièce de théâtre montée à l’Atelier en 1922. L’auteur n’a que trente-trois ans mais une carrière déjà solide derrière lui, une réputation de dandy et de prince de la poésie, et rien ne semble pouvoir interrompre son ascension. Pour redonner vie à cette héroïne de Sophocle, dont le courage l’émeut, il s’est entouré d’une équipe de rêve : Arthur Honegger compose la musique, Charles Dullin met en scène, Picasso s’occupe de la scénographie et Antonin Artaud tient l’un des rôles principaux.

Cela fait probablement plusieurs années que Jean Cocteau réfléchit au projet de revisiter le mythe d’Orphée quand il s’y attelle au cours de l’été 1925, soit deux ans après la disparition de Raymond Radiguet. Ce dernier, romancier de génie, ange précoce enlevé trop vite à la gloire par une fièvre typhoïde mal diagnostiquée, a abandonné celui qui était à la fois son mentor et son complice, inconsolé. Inconsolé peut-être, mais plus fécond que jamais, à sa propre surprise… Les années 1920 sont d’une productivité artistique formidable, chez Jean Cocteau, également galvanisé par le bouillonnement culturel de l’entre-deux-guerres.

Les héros de l’Antiquité fascinent Cocteau. Dans le même hôtel de la côte d’Azur où il a déjà, dans le passé, composé l’inoubliable Mystère de Jean l’oiseleur – l’hôtel Welcome de Villefranche-sur-mer – Jean Cocteau poursuit son travail autour des mythes. Cette fois, ce sera Orphée qui revivra sous sa plume. Cocteau l’imagine à son image, créateur à l’inspiration tarie lancé sur le chemin d’une quête nouvelle.

Orphée page 40

"Vous connaissez le mythe : Orphée, le grand poète de Thrace, passait pour dompter les fauves. Or, il venait de réussir quelque chose de beaucoup plus difficile : il venait de charmer une jeune fille, Eurydice, de l’arracher au mauvais milieu des Bacchantes. La reine des Bacchantes, furieuse, empoisonna la jeune femme. Orphée obtint d’aller la chercher aux Enfers, mais le pacte lui interdisait de se retourner vers elle ; s’il se retournait, il la perdait pour toujours. Il se retourna. Les Bacchantes l’assaillirent et le décapitèrent, et, décapité, sa tête appelait encore Eurydice." Ainsi Jean Cocteau résume-t-il l’histoire tragique du poète mythique, Orphée, qu’il confie avoir suivie "pas à pas" dans une pièce qu’il veut cependant contemporaine.

À côté d’Orphée et d’Eurydice, de nouveaux personnages naissent ainsi des mains et de l’imagination de l’écrivain : l’ange Heurtebise, avec la "cotte bleu pâle des ouvriers" ; la Mort, incarnée par "une jeune femme très belle en robe de bal rose vif" et "traitée dans le style des mystères du Moyen Âge" ; mais aussi un commissaire, un huissier et un cheval blanc.

Orphée page 65

Un acte, un intervalle. Georges Pitoëff et Ludmilla Pitoëff incarnent les rôles principaux d’Orphée et d’Eurydice, tandis que Marcel Herrand se glisse dans le costume du vitrier Heurtebise. La pièce est jouée pour la première fois le 17 juin 1926, au Théâtre des arts de Paris, et publiée l’année suivante chez Stock, Delamain et Boutelleau.

"L’Orphée de luxe sort demain. C’est un très, très beau livre" (Jean Cocteau, 1944)

En 1944, les éditions Rombaldi font paraître une édition de luxe de cette tragédie aux accents shakespeariens et modernes à la fois. Elle est présentée dans un coffret arborant d’énigmatiques dessins de serpents et recèle quarante lithographies de la main de Jean Cocteau, parmi les plus lyriques du poète.

Orphée est à la fois une figure et un mythe qui ne cesseront d’accompagner Jean Cocteau, sa carrière durant. Tous les éléments qui font sens et résonnent avec la démarche de l’artiste y semble condensés : les embûches amoureuses, l’inspiration sous toutes ses formes, l’abîme de la mort et son intrication avec la vie, la renaissance. Ainsi que des symboles souvent convoqués par Cocteau, comme le miroir : "Je vous livre le secret des secrets. Les miroirs sont les portes par lesquelles la Mort va et vient. Ne le dites à personne. Du reste, regardez-vous toute votre vie dans un miroir, et vous verrez la mort travailler, comme des abeilles dans une ruche de verre."

Orphée page 68

Une édition limitée composée de deux tirages

C’est la reproduction du texte et des dessins originaux de Jean Cocteau que nous proposons aujourd’hui en édition limitée et numérotée. Imprimés en noir et à pleines pages, les dessins du poète créent une ouverture onirique, à l’image de ces "portes par lesquelles la Mort va et vient" qu’il a disposées au cœur de sa pièce – les miroirs. On sent presque, au fil du tremblé des dessins, le souffle d’Heurtebise, l’ange gardien inventé par l’écrivain pour veiller sur sa destinée et lui révéler "le secret des secrets".

Planche dessins orphée

Une postface de Dominique Marny

Dominique Marny est écrivain et commissaire d’expositions. Elle a consacré cinq livres à son grand-oncle, Jean Cocteau, dont Jean Cocteau ou le roman d’un funambule (éditions du Rocher). Elle est présidente du Comité Jean Cocteau.

2 tirages différents

N°1-50  : Tirage de tête. Reliure bleue. Papier Coton
N°51-1000 : Reliure grise.

Le tirage numéroté
est épuisé
le tirage bleu d'Orphée est épuisé

Le tirage bleu nuit
(50 ex. numérotés) est épuisé.


Pour être informé en
avant-première de nos tirages,
inscrivez-vous à la newsletter !

Édité en grand format

Cette édition grise a été
tirée à 950 exemplaires.

Chaque coffret est fabriqué à la main.



Coutumiers des rééditions d’ouvrages historiques, dans leur version manuscrite, les Saints-Pères inaugurent une nouvelle collection. Livres rares et illustrés seront désormais au cœur d’une nouvelle occasion de s’offrir de beaux livres. Splendides même. (...)

Avis Clients

Martine

Magnifique cadeau reçu de la part d'un être cher : l'ouverture de Don Giovanni. Extrêmement bien emballé ! J'espère que vous proposerez une gamme encore plus élargie comme des poètes d'amour.

Sourbes

C’est toujours avec grand plaisir que je découvre vos éditions.

J. Machefert

Super comme d'habitude.

Manuscrits

Noa Noa
contes de Grimm
 

Tous les manuscrits

 

Tableaux

Cyrano de Bergerac Tableau Manuscrit
Don Giovanni Tableau Manuscrit
 

Tous les tableaux