Troisième tirage,

$160 $
Grand format (25 x 35 cm)

Plus de détails

livraison gratuite Livraison gratuite

L'Écume des jours : le manuscrit de Boris Vian

L'écume des jours - titre manuscrit

En 1945, Boris Vian entame la composition d’un roman qui marquera des générations : L’Écume des jours. Cette bouleversante histoire d’amour entre Colin et Chloé, dans un décor et une ambiance musicale uniques, peuplée de scènes visuelles à l’extraordinaire originalité, touchera des générations entières qui se reconnaissent dans la fougue des personnages inventés par un auteur désormais culte.

écriture de Boris Vian

Dans ce coffret de grand format, le manuscrit de L'Écume des jours est reproduit avec le plan initial du roman ainsi que les notes préparatoires à l’écriture du livre. L’ouvrage s’adresse aux lecteurs les plus fidèles de Boris Vian, ainsi qu’aux amateurs d’objets littéraires rares.

Retrouvez aussi, dans notre collection de manuscrits encadrés, la reproduction du manuscrit du Déserteur, chanson composée par Boris Vian en février 1954 en moins de deux jours, adressée au gouvernement du Président René Coty.

Un manuscrit écrit au verso de feuillet de l'AFNOR

A la fin de la Seconde guerre mondiale, Boris Vian est encore un jeune homme de vingt-cinq ans, tout juste marié et père de deux enfants, fou de jazz, et surtout bientôt l’auteur d’un premier roman paru chez Gallimard, Vercoquin et le plancton. Il a l’écriture dans le sang depuis l’enfance : dès l’âge de cinq ans, l’enfant éblouit les adultes par son intelligence mature et sa créativité dans de nombreux domaines.

feuilles de l'AFNOR - association française de normalisation

L’écrivain est alors employé comme ingénieur à l’AFNOR, association française de normalisation – reconnue d’utilité publique en 1947, placée aujourd’hui sous la tutelle du Ministère de l’Industrie, elle collecte et édite le label NF. L’AFNOR est chargée de déterminer le cadre d’un certain nombre d’objets qui peuplent le quotidien des Français sans que ceux-ci en aient véritablement conscience. Il s’agit, en effet, de centraliser, d’instaurer et d’imposer des mesures dans des domaines divers, conditionnement ou emballage, dimensions de matériel techniques, plans…

Si l’esprit ouvert et curieux de Boris Vian s’allie, sur le papier du moins, fort bien à l’inventivité nécessaire à un tel emploi, qu’il occupera de 1942 à 1946, on peut imaginer que son goût éperdu pour la liberté se soit heurté à la mission d’édiction de règles de l’association ! Ainsi, très vite – ses collègues en attesteront – Boris Vian délaisse les tâches qui lui sont confiées pour se concentrer sur le roman qui, peu à peu, naît en lui. Il va faire un usage peu orthodoxe du matériel à sa disposition : son bureau devient une écritoire, son tiroir fait office de repose-pied lorsqu’il marque un temps de pause, entre deux chapitres, et les feuilles à en-tête de l’AFNOR servent de bloc-notes à sa composition littéraire.

« L’histoire de l'écume des jours est entièrement vraie,
puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre »
- Boris Vian


Le manuscrit de L'Écume des jours, paginé de la main de l’auteur – de 1 à 222, soit un total de 440 pages – est daté du 10 mars 1946, l’anniversaire des vingt-six ans de l’auteur. Il aurait toutefois terminé l’écriture en juin de la même année.

une des 440 pages du roman

La page de garde comporte le titre, la dédicace « Pour mon bibi » à l’attention de la première épouse de Vian, Michelle Léglise, l’adresse du couple au 98, rue du Faubourg Poissonnière dans le 9e arrondissement à Paris, et le numéro TRU.54-17 (TRU indiquant sans doute l’indicatif téléphonique du secteur Trudaine). Le manuscrit du roman est précédé d’un avant-propos, lui-aussi à la main, où l’écrivain y fait part de ce qu’il y a d’essentiel dans la vie : l’amour et les jolies filles, la musique de la Nouvelle-Orléans et de Duke Ellington. On y retrouve sa phrase célèbre : « l’histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre. »

Ponctué d'illustrations à la plume de Boris Vian

Le manuscrit commence par la fameuse scène de toilette de Colin et se poursuit en cuisine, avec le chef Nicolas aux fourneaux. Le lecteur attentif retrouvera entre ces pages le pianocktail, le pâté d’anguilles, la scène de la patinoire, le biglemoi, Jean-Sol Partre et la Duchesse de Bovouard… Quelques dessins de personnages et de visages, des spirales et des volutes plus mystérieux, ponctuent l’écriture de Vian qui file, ronde et accueillante, avec peu de ratures sur les feuillets imprimés de l’AFNOR, mêlant ainsi des fiches sur les extincteurs à poudre, les conserves de purée de tomates et sommiers à lames, aux péripéties de l’histoire d’amour entre Colin et Chloé… Boris Vian quittera bientôt l’AFNOR et terminera le roman à l'Office professionnel des industries et des commerces du papier et du carton.

dessins et illustrations de Boris Vian

Le manuscrit révèle une écriture fulgurante

Les notes préparatoires à l’écriture de L’Écume des jours sont publiées à la fin de l’ouvrage : on y découvre ainsi le plan initial du roman, en vingt-cinq chapitres ; ou encore une note d’intention détaillée avec un ultime dessin de personnage au long nez et doté d’une perruque en forme de livre.

Le manuscrit est conservé à la BnF, Bibliothèque nationale de France ; les notes et le plan sont la propriété de la famille de Boris Vian.

Après un succès tardif, l'écume des jours s’impose finalement comme un classique

Boris Vian disparaît prématurément, à l’âge de 39 ans, le 23 juin 1959 à Paris, alors qu’on donne la projection du film adapté de J’irai cracher sur vos tombes au cinéma Le Marboeuf, sur les Champs-Elysées – adaptation qu’il réprouve. Son rapport avec le succès et la critique est complexe. Le pseudonyme qu’il a choisi pour faire paraître certaines de ses œuvres transgressives, Vernon Sullivan, ne l’empêche pas d’être attaqué et d’avoir de maints ennuis à résoudre avec la justice et le fisc.

L’Écume des jours, paru pour la première fois le 20 mars 1947, très peu de temps après Vercoquin, n’a à cette époque pas le succès qu’on lui connaîtra ensuite, même si le talent d’écrivain et de musicien de Vian sont avérés. Le livre est même un échec commercial, en dépit du prestige de la maison qui l’édite, Gallimard. Les journalistes s’en désintéressent. L’échec de L’Arrache-cœur, paru quelques années plus tard, en 1953, convainquent même Boris Vian de renoncer à la littérature pour se consacrer à d’autres formes de création. Le roman de Colin et Chloé ne rencontrera vraiment son public qu’à la fin des années 1960 et au début des années 1970, lors notamment de la réédition du texte en 10/18. Il s’impose petit à petit comme un classique, jusqu’à son entrée dans la collection La Pléiade en 2010. Il a fait l’objet récemment d’une adaptation très fidèle et poétique par Michel Gondry, avec Romain Duris et Audrey Tautou dans les rôles titres.

coffret de l'écume des jours

Un manuscrit inédit

"Les éditions des Saints Pères, spécialisées dans la publication d'objets littéraires rares, ont tenu à ce que le manuscrit daté du 10 mars 1946, entièrement rédigé au dos d'imprimés de l'Afnor (la société qui employait alors le romancier comme ingénieur) retrouve une nouvelle jeunesse (...)"
"le petit plus de cette édition sont les notes préparatoires et on y voit vraiment la tristesse et la mélancolie du livre (...)"
"Le manuscrit de l'œuvre littéraire est publié pour la première fois dans une édition de luxe aux éditions des Saints-Pères (...)"
"54 ans après sa mort, l'auteur bat tous les records de vente avec la luxueuse édition du manuscrit de L'Écume des jours (...)"

"l'écriture de Vian est étonnement claire, elle est un peu ronde, et très sensuelle (...)"

"il y a quelque chose qui relève du trait de génie, c'est-à-dire que l'histoire sort, et elle sort d'un jet quasiment sans ratures (...)"

Avis Clients

M.F. Jamet

Bravo pour le travail patrimonial que fait votre maison d’éditions. La bibliothécaire que je fus y est très sensible !

Richard Queillé

Superbe livre livré rapidement et très bien protégé pour le voyage dans tous les sens du terme. Un vrai plaisir de relire l'écume des jours mais cette fois avec l'écriture de Boris Vian c’est différent, facilement lisible d’ailleurs, ses corrections, ses quelques dessins... Que du bonheur.

Sarah

J'ai recu ce livre de la part de mes parents pour mon anniversaire ! C'est sans doute le plus beau cadeau qu'ils m'aient fait. Cette edition est fabuleuse, bravo pour tout le travail mit en oeuvre. Je posséderai chacun des manuscrits un jour, c'est certain ! Longue vie aux Saints Pères.

Rien à dire, qualité au rendez-vous, présentation identique au premier mais dans une taille différente (respect de la taille du manuscrit d'origine), le premier était déjà très beau (L'hygiène de l'assassin d'AMélie Nothomb) celui ci est magnifique, dépéchez vous il n'y en aura pas pour tout le monde ! le bon gout est de ne pas avoir choisit j'irai craché sur vos tombes ! après avoir publié Nothomb...

Un bel ouvrage plein d'émotion
Un vrai plaisir de lire un manuscrit, de suivre pas à pas le texte, les hésitations, les annotations, le tout ponctué des griffonnages
qui accompagnent la recherche d'inspiration, peut-être...

Très beau produit pour les fans de Boris Vian. Bon rapport qualité/prix. Un collector à conserver et à transmettre de générations en générations...

Magnifique livre ! De très grande qualité. Lecture aisée. On lit avec beaucoup d'émotion ce superbe chef d'oeuvre manuscrit de Boris Vian.

J'avais decouvert des parties de ce manuscript dans des livres et a l'expo de la Grande Blbliotheque, mais quel bonheur de pouvoir le voir dans son integralite!

Un ouvrage magnifique, précieux, à caresser avant de le lire. Le plaisir de redécouvrir un bouquin lu il y a longtemps, mais, surtout, de naviguer dans le manuscrit au gré des modifications de l'auteur. Une percée dans la pensée...
A offrir, c'est incontestablement un cadeau qui vaut plus que tout diamant futile.

Le livre a été acheté alors que l'édition n'était pas encore disponible: j'étais confiant, mais pas complètement !
Tout s'est très bien passé au final.
Superbe objet, complètement original bien sûr.

Que dire de ce manuscrit si ce n'est que c'est certainement l'un de ceux les plus émouvants à découvrir !

Ce livre était destiné a notre fils pour son anniversaire. Il adore Boris Vian et a trouve cette édition magnifique.
Très beau manuscrit , très bien relié.
Une œuvre a recommander.
Bref L'écume des jours présente ainsi est le plus beau des cadeaux

Un ouvrage magnifique qui vous plonge dans l'esprit de l'auteur. Un livre indispensable à toute bonne bibliothèque.
Une grande émotion de tenir ce livre entre ses mains.

Un magnifique cadeau à faire à toutes celles et ceux qui ont aimé ce roman.
Il y a l'émotion de découvrir l'écriture de Boris Vian, il y a la beauté de l'objet (il est en super grand format, mais il est très bien emballé) et les notes inédites à la fin... Franchement, on n'hésite pas !

Voici un livre magnifique (la photo ne rend pas bien sa joliesse). Il est grand, lourd, avec un très beau papier, une superbe reliure et les écrits originaux de Vian qui sont admirablement présentés. Sa beauté justifie amplement son prix. Je l'ai offert en cadeau à ma fille qui adore l'Ecume des jours, qui est la plus belle histoire d'Amour surréaliste qui soit.

Alors pour les amateurs de beaux livres, les inconditionnels de Vian, et les amoureux éternels de "Chloé et de Colin", je conseille vivement cet ouvrage aussi somptueux qu'une pièce de collection.

Déjà détenteur du coffret d'Amélie Nothomb, je dois avouer que les Editions des Saints Pères frappent encore un nouveau gros coup.... Et dans tous les sens du terme, ce deuxième volume en édition limitée est vraiment imposant...
On a aussi droit à un autoportrait dans les premières pages, et nouveauté, on peut authentifier son exemplaire en envoyant son nom et numéro de livre aux Editions....
Ce manuscrit est très bien fini, avec des décors dorés réussis comme pour celui d'Amélie N.

J'ai eu un peu peur à l'ouverture de ma boîte aux lettres ; l'emballage de ce livre rentre tout juste dans une boîte normalisée, mais vraiment en forçant... Alors pour l'extraire j'ai dû défaire l'emballage depuis la boîte aux lettres.

Bref, pour conclure, si ce coffret vous tente, n'hésitez pas, vous ne serez pas déçu(e)(s)...

JE SUIS COMBLEE PAR CE MANUSCRIT DE BORIS VIAN "L'ECUME DES JOURS";JAMAIS JE N'AURAIS PENSER ACQUERIR CETTE OEUVRE.NE PAS HESITER SI VOUS ETE UN PASSIONNE PAR L OEUVRE DE VIAN.

Plaisir intense que celui de pouvoir lire ce que Boris Vian a écrit, tel qu'il l'a écrit. Une écriture sûre et élégante.
L'impression de se pencher par dessus son épaule alors qu'il écrit. Plus encore, l'impression de dévaler l'escalier aux côtés de Colin. mais là c'est la magie Vian tout court qui opère.

En parrallèle de la fabuleuse exposition au Musée des Lettres et Manuscrits et de la sortie du film de Gondry, voila que les éditions Saints Pères sortent, en édition limitée à 1000 exemplaires, le manuscrit de l'écume des jours de Vian, écrit à seulement 26 ans.

On ne reviendra pas sur l'histoire en elle même, cruelle, poètique et romantique, ni sur l'ambiance qui a baigné son écriture, entre jazz et surréalisme, tout, ou presque a déja été dit et écrit à ce sujet, mais bien plus sur l'objet en lui même, magnifique fac similé du manuscrit qui impressionne par la maîtrise dont fait preuve le jeune Vian. En effet, ce qui frappe dès le premier coup d'oeil, en dehors des dessins infiniment poétiques et presque naifs réalisés par la main de l'auteur, c'est la quasi absence de ratures ou de lourdes corrections. Vian tenait déja toute entière son histoire lorsqu'il se mit à l'écrire et c'est pratiquement d'un jet qu'il semble l'avoir couchée sur le papier.

Les dessins qui illuminent le texte, entièrement rédigé sur papier à en-tête de l'Afnor (l'Association Française de Normalisation), Vian est encore ingénieur à cette époque, sont à la fois touchants et infiniment poètiques, presque zazous si vous me passez l'anachronisme.

Inutile de préciser que le travail de reproduction est minutieux et en tout point parfait et fait de ce beau livre l'ornement indispensable à toute bibliothèque un tant soit peu riche en oeuvres rares.