The Picture of Dorian Gray de

1000 exemplaires numérotés.
189,57 €

Par la magie d’un pacte avec le diable, Dorian Gray conserve sa beauté et sa jeunesse. Seul son portrait vieillira.

Plus de détails

Le manuscrit original du Portrait de Dorian Gray

« Les livres que le monde juge immoraux sont ceux qui révèlent sa propre ignominie. »

Les éditions des Saints Pères présentent le manuscrit original du Portrait de Dorian Gray. Ce document montre le texte de Wilde ainsi qu’il est initialement écrit, dans sa toute première version. Le lecteur peut à la fois observer l’écrivain aiguisant sa prose et pratiquant une forme d’autocensure bien en amont de la publication, ayant sans doute l’intuition d’avoir franchi quelques lignes rouges sur le plan des bonnes mœurs.

couverture du livre du manuscrit du portrait de Dorian Gray

Oscar Wilde et la censure

Oscar Wilde entreprend l’écriture de ce premier jet de 13 chapitres en 1889. Il est destiné à être publié dans les pages du Lippincott’s Magazine, une revue américaine. Celles-ci révèlent le talent de leur auteur, mais aussi un contexte : celui d’une Angleterre prude et homophobe au 19e siècle, que Wilde a conscience de pouvoir choquer avec un tel texte. C’est pourquoi il atténue l’ambiguïté de la relation entre Basil et Dorian – par exemple, lorsque Basil évoque la beauté de son modèle, « beauty » devient « good looks » (allure), « passion » devient « feelings » (sentiments), etc. Certains passages entiers sont barrés, comme des confessions émouvantes et amoureuses de Basil.

En avril 1890, Wilde finit son texte et le fait taper à la machine afin de le soumettre à Lippincott’s. James Stoddart, le rédacteur en chef, l’accepte tout en redoutant son parfum homo-érotique. Il se met à lui-même censurer Le Portrait de Dorian Gray, effaçant environ 500 mots, dont des phrases entières, comme la tirade de Basil au sujet de son portrait : « Il y avait de l’amour dans chaque trait, et de la passion dans chaque couleur. »

open book

Le manuscrit du scandale

En dépit des nombreuses strates de censure qui ont donné à Dorian Gray la forme de sa publication, le numéro de juillet 1890 de Lippincott’s suscite l’hostilité des lecteurs. Les critiques décrient le texte, le décrivant comme « une fiction toxique, dont l’atmosphère étouffante et diabolique abonde d’odeurs de putréfaction morale et spirituelle » écrite à l’attention de « nobles hors-la-loi et petits télégraphistes pervertis ».  Directe conséquence de ce tollé : la puissante enseigne WS Smith refuse de vendre le numéro dans ses librairies.

Malgré, ou grâce à cette réception scandaleuse qui ne peut qu’attirer l’attention, Wilde commence alors à retravailler et à développer l’histoire, afin de la publier sous forme de livre. Il effectue des changements de structure, imagine d’autres personnages, ajoute 6 chapitres et une sélection d’aphorismes pour préfacer l’ensemble et atténue encore un peu plus les passages décriés. La magnifique confession de Basil à Dorian disparaît alors complètement : « Il est vrai que je vous ai adulé avec une ferveur infiniment plus forte que celle qu’un homme éprouve normalement pour un ami. Je n’ai jamais aimé aucune femme… j’avoue bien volontiers que je vous ai adoré comme un fou, sans limites, de façon absurde. »

Il en résulte un roman de 20 chapitres publié par Ward, Lock and Company en avril 1891, version qui est celle que nous connaissons aujourd’hui.

 

Une préface de Merlin Holland

Merlin Holland est un spécialiste d’Oscar Wilde et le petit-fils de l’écrivain. Il est l’auteur de plusieurs livres de référence : The Wilde Album (1998), Coffee with Oscar Wilde (2007), A Portrait of Oscar Wilde (2008). Il est également l’éditeur de The Complete Letters of Oscar Wilde (2000) et de Irish Peacock and Scarlet Marquess: The Real Trial of Oscar Wilde (2003).

La Presse en parle :

This manuscript grants readers unfiltered access to lines of pure, unadulterated affection that the author was compelled to omit if he ever wanted the story to become the literary success it did. (lire...)

“Tout portrait qu’on peint avec âme est un portrait non du modèle, mais de l’artiste.” (lire...)

Mais ce que nous offrent les éditions des Saints Pères, c’est aussi un hommage au Swinging London de la Belle Epoque : ce livre enthousiasmant de virtuosité littéraire envoie à l’hospice pour vieux les textes français qui, au même moment, frayaient dans des eaux proches. (lire...)

SP Books are primarily artistic editions. They strive to give an impression to readers that they possess a piece of art that allows them to connect with the writer in a special and intimate way. We have cultivated a unique house style: hand-assembled, large-format editions printed on thick, luxury paper (lire...)

This facsimile edition of a handwritten manuscript by Oscar Wilde’s own hands — including the author’s own crossings out and corrections — is well worth a place on your bookshelf  (lire...)

The new edition of The Picture of Dorian Gray from SP Books is the first publication of the novel in its original, unedited form, in Wilde’s own autograph, inclusive of Wilde’s own struck-out paragraphs (lire...)

The manuscript shows the workings of Wilde’s mind as he was writing it (lire...)

the guardian icon

"Wilde's purpose was to break out of what Lady Bracknell called the 'three-volume novel of more than usually revolting sentimentality'" (lire...)

Autres Manuscrits

Tableaux Manuscrits

Beaux Livres