Tirage bleu roi,

160 €
- Indisponible -
Grand format (25 x 35 cm)

Plus de détails

Prévenez-moi en cas de réassort :

titre manuscrit du Mystère de Jean l'oiseleur

Le manuscrit du Mystère de Jean l’oiseleur, de Jean Cocteau

Le facsimilé du manuscrit est conçu comme un écrin contenant une reproduction du manuscrit de Mystère de Jean l’oiseleur. Il s’adresse aux lecteurs les plus fidèles de Jean Cocteau, ainsi qu’aux amateurs d’objets littéraires rares. Le coffret contient deux volumes : la reproduction intégrale du manuscrit (volume 1) et une analyse des autoportraits et des aphorismes de l’artiste (par David Gullentops - volume 2). L’ouvrage est préfacé par Dominique Marny, romancière et présidente du Comité Cocteau. Le coffret est proposé en édition bilingue (anglais).

tranche de l'édition du Mystère de Jean L'oiseleur
 

Retrouvez aussi notre édition du livre rare Orphée ; le manuscrit de La Voix humaine de la main du peintre Bernard Buffet, avec dessins ; et les dessins de Jean Cocteau Pense au plus délicieux gouffre (1958) ainsi que celui exécuté pour la préparation du film La Belle et la Bête.

Un manuscrit écrit sous opium

Juillet-Septembre 1924. Jean Cocteau a-t-il conscience qu’il s’apprête à composer la plus intime et bouleversante de ses œuvres ? Il ne lui faudra que quelques semaines, dans une solitude et une tristesse incommensurables, pour vaincre les fantômes et faire triompher le pouvoir de la création. Sans doute, sans en avoir pleinement conscience…

À la mort de Raymond Radiguet, tragiquement emporté en décembre 1923 des suites d’une fièvre typhoïde mal diagnostiquée, Jean Cocteau est dévasté par le choc et le chagrin. Il se reproche de n’avoir pas su prendre suffisamment soin de son cadet, pour qui il souhaitait un destin brillant. Il s’enferme dans une chambre de l’hôtel Welcome, à Villefranche-sur-mer, sur la Côte d’Azur. Il ne pense pas pouvoir écrire à nouveau. Porté par la grâce de son imagination et avec l’aide de l’opium, il se dessine inlassablement devant le miroir. À travers cette gestuelle introspective et répétitive, le poète étouffe son désespoir, rend hommage à son ancien ami, s’interroge sur la mort et la création. Il convoque les artistes qui l’ont inspiré, tels que Picasso ou Apollinaire.

Le Mystère de Jean l’oiseleur est une passerelle : d’une part, il exprime la réalité parallèle que Cocteau a trouvée dans son miroir ; d’autre part, le poète de trente-cinq ans navigue entre un travail passé, tel qu’Antigone, et des ébauches de ce qu’il écrira par la suite – L’Ange Heurtebise, Orphée... On y retrouve des éléments forts de la mythologie propre à Cocteau : la rose, le miroir et bien sûr, l’étoile…

le coffret du manuscrit du Mystère de Jean L'oiseleur de Jean Cocteau

Un facsimilé composé de 30 autoportraits

Édouard Champion est l’heureux destinataire de ces planches dessinées somptueuses, que Jean Cocteau souhaite alors voir publiées telles quelles, avec ratures et sans reliure, sous une couverture en carton ondulé. Soit une série de trente et un autoportraits entourés de textes parfois énigmatiques, et accompagnés d’une préface dans laquelle l’écrivain évoque sa superficialité supposée, avec une finesse sans précédent.

Un voyage hors temps, dans l’écriture et les méandres de la pensée de Cocteau. Une pensée toujours vive, profonde et originale, malgré l’éther dont il s’entoure, et qui grave quelques-unes de ces phrases inoubliables :

"Douter de tout c’est aussi douter du doute. Voilà ce qui guette les incrédules."

"La vie est la première partie de la mort."

"Ne me dites pas que votre métier vous fait vivre, le mien me tue."

Le Mystère de Jean l’oiseleur est édité par Champion à 130 exemplaires seulement, en 1925. C’est un objet insolite, pétri de beauté et des flammes d’un ailleurs parfois difficile à cerner. Le manuscrit n’avait jamais été publié depuis. Avec ce facsimilé, les Éditions des Saints Pères le rendent accessible pour la première fois, dans un coffret précieux.

L'hommage de Jean Cocteau à Raymond Radiguet

Jean Cocteau fait la connaissance de Raymond Radiguet dans une galerie d’art, en juin 1919. Le jeune garçon de Saint-Maur, qui a réussi à placer quelques dessins et articles dans les revues littéraires en vogue de l’époque, lui est probablement présenté par Jean et Valentine Hugo, ou Max Jacob. Leur amitié est immédiate : Jean Cocteau perçoit en lui le génie qu’il s’apprête à devenir. Le futur auteur du Diable au corps et du Bal du Comte d’Orgel lui devra beaucoup. De son vivant, puisque Cocteau lui ouvre les portes d’une élite parisienne et même internationale où intellectuels et artistes se côtoient, ivres d’être sortis de la guerre et de se remettre aussi vite que possible à vivre, créer, s’amuser ; et de façon posthume puisque Jean Cocteau veillera, jusqu’à sa propre mort, à ce que l’on n’oublie jamais les fulgurances de son protégé, en qui il voyait un maître.

Il aura cette phrase incroyable, après le décès de Raymond Radiguet survenu en décembre 1923 : "On nous l’a prêté, il fallait le rendre."

Écriture, cinéma, théâtre : la longue aventure artistique de Jean Cocteau

Jean Cocteau se passionne pour le théâtre, le dessin, la littérature et toute forme d’art, dès le plus jeune âge, en cela encouragé par sa famille. Le Tour du monde en 80 jours, de Jules Verne, adapté sur scène, l’aurait poussé à la lecture et vers le spectacle vivant, dont on sait quelle importance il aura par la suite. Le suicide de son père, alors que Jean n’a pas encore neuf ans, l’affecte profondément. Quatre échecs au baccalauréat le dissuadent de reprendre ses études : un autre destin l’attend. À Paris, alors qu’il n’a que dix-huit ans, il se fait rapidement remarquer dans les salons littéraires. Dès 1909, il cofonde une revue avec Maurice Rostand, publie des articles et des dessins, et en février son premier recueil de poèmes, La Lampe d’Aladin. C’est le début d’une longue aventure artistique aussi riche que variée, jalonnée de livres (romans, poèmes, essais), de films, de pièces de théâtre (Les Parents terribles, écrite en huit jours) ; et qui le font collaborer avec des artistes de légende, comme Pablo Picasso, Coco Chanel, Serge Diaghilev, Édith Piaf… Le poète, comme il aimait à se qualifier, lui qui savait peindre des fresques, transformer les galets en œuvres d’art, réaliser des vitraux, créer des costumes et des décors – la liste est vaste – s’éteint à Milly-la-Forêt, sa dernière demeure. Il repose dans la chapelle qu’il a décorée, Sainte-Blaise-des-Simples.

Sur sa tombe, il avait demandé que soit gravée cette simple phrase tracée de sa main : "Je reste avec vous."


Logo Figaro

Le Voyage au bout de la Nuit : Rencontre avec Henri Godard et quelques céliniens à l'occasion de la publication du manuscrit original. Il évoque les longs combats des céliniens, le manuscrit original de Voyage au bout de la nuit acquis en 2001 par la BNF et que les Éditions des Saints Pères s'apprêtent à éditer. (...)

Logo Le Monde

A la Recherche du temps perdu : Dans A la recherche du temps perdu, la suite de romans de Marcel Proust, une célèbre scène a donné naissance à une expression entrée dans le langage courant, et désignant un souvenir qui nous frappe brusquement. Dans Du côté de chez Swann, Marcel est plongé dans ses souvenirs d'enfance par le goût d'une madeleine trempée dans du thé et offerte par sa mère. (...)

Logo Le Point

L'Écume des jours : 54 ans après sa mort, l'auteur bat tous les records de vente avec la luxueuse édition du manuscrit de L'Écume des jours. Autre succès inattendu : une jeune maison d'édition, les Éditions des Saints-Pères, vient d'éditer un magnifique ouvrage de collection qui reproduit le manuscrit du roman. Ce dernier est rédigé au dos d'imprimés de l'Afnor (Association française de normalisation), où Boris Vian "travaillait". (...)

Logo Tf1

La Bible : A l’occasion des fêtes de fin d’année, les maisons d’édition sortent toujours des livres d’exception, celle des Saints Pères vient d’achever un projet un peu fou, vous allez le voir : éditer un manuscrit unique, la première traduction de la Bible en français. L'original, lui, est à la British Library de Londres. (...)

Logo France 2

Alice au Pays des Merveilles : Aujourd'hui elle signe la préface d'une très belle réédition, elle va nous dire pourquoi ce livre a vraiment quelque chose de magique, voici maintenant l'invitée des cinq dernières minutes, Amélie Nothomb, merci vraiment d’être avec nous pour nous parler de la publication du manuscrit d’Alice aux Pays des Merveilles publié aux Éditions des Saints Pères (...)

Canal Plus

Les Fleurs du Mal : Regardez-moi cette merveille, parce que c’est quand même une merveille ! C’est une édition du manuscrit original des Fleurs du Mal qui date de juin 1857 ! Alors on appelle ça des épreuves corrigées, elles comprennent les ratures, les modifications, les réctifications de l'auteur, juste après les remarques de son éditeur, avant publication. C’est un truc de fétichiste en fait (...)

Logo France 5

La Nuit des Temps : Le précurseur de la science fiction française René Barjavel a-t-il gardé tout son pouvoir de séduction ? Les Éditions des Saints Pères ont en tout cas décidé de rééditer une version luxueuse de La Nuit des Temps paru il y a 50 ans. Un roman qui mêle le récit d'aventure, l'utopie et le drame amoureux. C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui s'aiment et qu'on va essayer de séparer pour sauver une civilisation (...)

The New York Yimes logo

Mrs Dalloway : Thanks to a new reproduction of the only full draft of Mrs. Dalloway, handwritten in three notebooks and initially titled “The Hours,” we now know that the story she completed — about a day in the life of a London housewife planning a dinner party — was a far cry from the one she’d set out to write (...)

The Guardian Logo

The Grapes of Wrath : The handwritten manuscript of John Steinbeck’s masterpiece The Grapes of Wrath, complete with the swearwords excised from the published novel and revealing the urgency with which the author wrote, is to be published for the first time. There are scarcely any crossings-out or rewrites in the manuscript, although the original shows how publisher Viking Press edited out Steinbeck’s dozen uses of the word “fuck”, in an attempt to make the novel less controversial. (...)

Die Welt Logo

Frankenstein : Im von einem Vulkanausbruch verdunkelten Sommer 1816 erlebte die Literatur einen ihrer feinsten Momente. In einer Villa am Genfer See verabredeten Lord Byron und sein Leibarzt John Polidori, Percy Bysshe Shelley und seine erst neunzehnjährige Frau Mary Shelley, jeder eine Schauergeschichte zu schreiben. (...)