Carte cosmographique
et universelle

Carte illustrée
70 x 50 cm
$125 $

À l'âge d'or des grandes découvertes géographiques, ce planisphère est le fruit de l'un des plus talentueux cartographes de la prestigieuse École de Dieppe.

Tableau de 70 cm x 50 cm

Plus de détails

livraison gratuite Livraison gratuite

La Carte cosmographique et universelle : une carte manuscrite de 1570Un planisphère représentant le vrai trait du vent

Intitulé Carte cosmographique et universelle - Description du monde avec le vrai trait des vents, cette carte manuscrite datant de 1570 donne à admirer un planisphère ovoïdal tracé sur un fond bleu nuit où ondulent des rubans aux allures cosmiques. Enchâssé dans un somptueux cadre dessiné, il est conservé à la BnF. C’est aussi l’unique héritage que nous ait laissé Jean, Jehan ou encore Jean Cossin, l’un des cartographes les plus talentueux de l’École d’hydrographie et de cartographie de Dieppe.

Quand la Normandie devint la province maritime la plus dynamique de France

Fondée au milieu du XVIe siècle, la prestigieuse École de Dieppe a contribué à faire de la Normandie la province maritime la plus dynamique de France. Elle rassemble des cartographes qui excellent aussi bien dans la pratique de la navigation que dans la maîtrise des théories scientifiques. Ils ont laissé à la postérité des atlas, des cartes et des traités riches de leurs découvertes et avancées. Ainsi Jean Cossin, qualifié en son temps d’excellent faiseur de cartes marines, est-il le deuxième cartographe après Gerardus Mercator (1512-1594) à avoir fondé sa carte sur la projection de Flamsteed, une projection très élaborée témoignant de connaissances poussées en mathématiques.

Un continent austral censé faire un contrepoids aux terres de l’hémisphère Nord

Inscrit dans un large encadrement rectangulaire, le planisphère représente tous les continents et, notamment, le vaste continent austral cher aux cartographes dieppois. Ce dernier est supposé faire un contrepoids aux terres de l’hémisphère Nord. Les côtes sont cernées de vert, à l’exception d’une portion Est des côtes sud-américaines, qui est cernée de rouge. Certains reliefs sont représentés par des collines en vues cavalières, teintées de vert, tandis que les principaux cours d’eau sont tracés en bleu et en vert. Les toponymes sont écrits perpendiculairement à la côte, quelle que soit sa direction, de telle sorte qu’il faut tourner la carte, mise à plat, pour lire certains noms.

Un système savant : la projection de Flamsteed

En accord avec la projection de Flamsteed, la carte est sillonnée de droites équidistantes divisées en parties égales par les méridiens, qui sont représentés par des lignes sinusoïdales. Elle ne possède pas d’échelle des longueurs. Celles des latitudes et des longitudes sont situées sur les bords intérieurs de l’encadrement. Quant au cadre, il contient les inscriptions des signes du zodiaque à gauche et indique, à droite, la hauteur du soleil pour chaque mois. Le titre et la signature sont apposés sur les banderoles qui se détachent du fond bleu nuit aux quatre coins de la carte.

Le document est présenté dans un tableau de 70 cm x 50 cm.

Cadre en bois, fabriqué en France. Chaque tableau est assemblé à la main dans nos ateliers à Cambremer.

 

Autres cartes disponibles dans la même collection :

carte cosmographique rectangle

carte du ciel et de la terre

nouvelle carte du monde

 

Le Figaro Logo

Voyage au bout de la nuit : "La publication du tout premier 'jet' du Voyage au bout de la nuit enchante les Céliniens. Le plus ancien d'entre eux, Henri Godard, commente cet inédit" (...)

France Info Logo

Voyage au bout de la nuit : "Le manuscrit de ce texte vaut de l’or et aujourd’hui, il est conservé dans un coffre à la Bibliothèque Nationale" (...)


Les Fleurs du mal : "Vous l'avez peut-être vu hier mais comme les épreuves du bac démarrent demain on y pense : les éditions des Saints Pères publient cette semaine les épreuves corrigées du recueil de poèmes de Charles Baudelaire, c'est la seule trace manuscrite du chef d'œuvre de l'auteur puisque le manuscrit original n'a jamais été retrouvé" (...)


La Gloire de mon père : Une écriture sage, claire, appliquée, parsemée de boucles délicates. Des textes peu raturés mais réécrits, retravaillés dans une quête d'élégance permanente, parmi lesquels surgit soudain la froideur régulière d'une page dactylographiée annotée, complétée par la main de l'écrivain dans un curieux mélange extrêmement touchant. Ainsi se dévoile Marcel Pagnol (...)


À la recherche du temps perdu : "Dans une première version, rédigée en 1907, Marcel Proust se souvient avec émotion du goût du pain grillé mêlé au miel. Dans une seconde version, le pain grillé devient une biscotte. Il faudra attendre une troisième version pour que Proust se souvienne finalement du goût de la madeleine offert par sa tante" (...)