Tirage ivoire,
$160 $

Grand format (25 x 35 cm)

Plus de détails

livraison gratuite Envoi gratuit
virus covid emoji Livraison sans contact

Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll - titre manuscrit

Alice's Adventures under Ground : le manuscrit d'Alice au pays des merveilles

Down, down, down. Would the fall never come to an end? “I wonder how many miles I’ve fallen by this time?” said she aloud, “I must be getting somewhere near the centre of the earth.”
Tombe, tombe, tombe ! Cette chute finirait-elle un jour ? « Je me demande de combien de kilomètres je suis tombée, » dit-elle à voix haute. « Je ne dois pas être loin du centre de la terre. »

C’est en rédigeant l’extraordinaire manuscrit d’Alice au pays des merveilles que Lewis Carroll, également connu sous son nom véritable Charles Lutwidge Dodgson, professeur de logique à Christ Church College, ordonné diacre de l'Église anglicane, auteur d’ouvrages d’algèbre pour le moins sérieux, lâche enfin la bride à son imagination débordante. Au fil des pages et d’une écriture soignée, presque sage au regard des péripéties racontées, des personnages colorés se déploient sous la plume de Carroll : une souris qui parle et une chenille qui fume, un lézard ramoneur et une reine de cœur furibarde, une armée de cartes. Et surtout, une fillette qui grandit et rapetisse au gré de ce qu’elle avale ou des souhaits qu’elle formule, qui finit par ne plus s’étonner de jouer au croquet avec des flamants roses. Le manuscrit d’Alice au pays des merveilles, initialement intitulé Alice’s Adventures under Ground (ou "Les Aventures souterraines d’Alice"), est à la fois le voyage initiatique d’une héroïne extraordinaire et d’un écrivain vers son chef-d’œuvre.

Un roman inoubliable, inventé au fil de l’eau

Un 4 juillet 1862, sur l’Isis – affluent de la Tamise, au nord-ouest de Londres – une scène de canotage paisible abrite la genèse d’un des romans les plus fabuleux de l’histoire de la littérature. Aux avirons, Lewis Carroll, trente ans à peine, souque ferme. À ses côtés, un ami enseignant, ainsi que trois fillettes ravies de la balade et du pique-nique prévu en cette journée ensoleillée. L’une des trois sœurs s’appelle Alice, celle-là même qui servira de modèle au conte devenu best-seller trois ans plus tard, en 1865. Alice, Edith et Lorina sont les filles du doyen du Christ Church College (Université d’Oxford), Henry Liddell, célèbre helléniste, ami et supérieur de Lewis Carroll. Pour les divertir, Carroll se met à inventer une histoire : celle d’une enfant vive et curieuse qui, délaissant une lecture ennuyeuse et surtout dépourvue d’images, se met à poursuivre un lapin blanc. Alice tombe alors dans un terrier sans fond et atteint un royaume mystérieux et inquiétant, peuplé de créatures inédites. L’under Ground, ou futur pays des merveilles.

Un manuscrit illustré, offert à la vraie Alice...

Alice Liddell est touchée par l’histoire dont l’héroïne porte son prénom. Elle et ses sœurs ont été transportées par l’inventivité de Lewis Carroll. Celui-ci, membre d’une fratrie de onze enfants élevée par un pasteur anglican, sourd d’une oreille, bégaie et masque sous son austérité apparente une certaine timidité mais surtout une créativité hors normes. Il écrit dans des revues littéraires depuis son adolescence et prise les mots « valises » aussi bien que le nonsense (absurde littéraire). Également doué pour la mise en scène, il a jadis composé des pièces et fait construire un théâtre de marionnettes par le menuisier du village où il habite avec sa famille.

Après avoir entendu les aventures d’Alice, la petite Liddell supplie leur ami de l’écrire et de l’illustrer. Sur un carnet, celui-ci s’exécute et enrichit le conte de 38 dessins subtilement enfantins. Sa graphie régulière et élégante, à la plume, en écho avec les péripéties de la narration, est un appel à l’évasion pour tous les enfants. Les dessins semblent avoir été réalisés postérieurement – une place leur avait été ménagée dans l’architecture des pages – quatre chapitres au total – par Lewis Carroll.

La première page du manuscrit est ornée d’un cartouche floral délicat lequel contient le titre, tandis que la deuxième porte cette mention : « A Christmas Gift to a Dear Child in Memory of a Summer Day. » Carroll l’offre à Alice en novembre 1964.

le manuscrit d'alice au pays des merveilles

Et un best-seller en librairies

L’éditeur londonien Macmillan&Co le publie en 1865 sous le titre Alice’s Adventures in Wonderland, augmenté de deux chapitres, de quelques personnages comme le Chat du Cheshire et de scènes telle la Tea Party – goûter de non-anniversaire. Si les dessins de Carroll dans le manuscrit sont de toute beauté, Macmillan fait cependant le choix de confier l’illustration à un autre artiste. Lewis Carroll aurait porté son choix sur Sir John Tenniel, qui s’inspira visiblement des esquisses de l’auteur. Le succès auprès du public est immédiat. À tel point que Lewis Carroll donnera une suite aux aventures d’Alice, avec Through the Looking-Glass, and What Alice Found There (De l’autre côté du miroir) en 1872. Il publiera également The Hunting of the Snark (La Chasse au Snark) en 1876.

Plus de cent-cinquante ans plus tard, l’ouvrage est toujours acclamé par le public, jeune comme moins jeune. L’histoire a fait l’objet de centaines d’adaptations, au cinéma, au théâtre, en bande dessinée, à la télévision. En 1998, un exemplaire de l’édition princeps a été vendu pour la somme record de 1,5 million de dollars. On ne trouverait sur le marché de la bibliophilie qu’une vingtaine d’exemplaires de cette première édition de 1865.

Un document conservé à la British Library (Londres)

En raison de difficultés financières, Alice devenue adulte est contrainte à vendre son précieux manuscrit chez Sotheby’s. Un collectionneur américain l’acquiert pour la somme de 15,400 £. Ce n’est qu’en 1948 qu’un groupe de bienfaiteurs, qui souhaitait remercier l’Angleterre pour son rôle pendant la Seconde Guerre mondiale, offre à la British Library ce document unique.

Le coffret, préfacé par Amélie Nothomb, contient deux livres :

La reproduction du manuscrit de Lewis Carroll (volume 1), et la traduction française (par Henri Bué, en 1869) illustrée par Sir John Tenniel (volume 2). Amélie Nothomb, auteur à succès depuis Hygiène de l’Assassin (éditions Albin Michel) en 1992, membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, est à l’origine de la préface personnelle et manuscrite de ce coffret onirique. Les éditions des Saints Pères ont par ailleurs édité le manuscrit d’Hygiène de l’Assassin en 2002.

tranche du livre
Le tirage numéroté
est épuisé
le tirage bleu d'Alice au pays des merveilles est épuisé

Le tirage bleu azur,
numéroté, est épuisé.


Ce tirage, relié ivoire,
n'est pas numéroté.


Pour être informé en
avant première de nos tirages,
inscrivez-vous à la newsletter !

Amélie Nothomb présente Alice au Pays des Merveilles :

Édité en grand format

Cette édition ivoire a été
tirée à 1000 exemplaires.

Chaque coffret est fabriqué à la main.



Lewis Carroll au pays des merveilles. On célèbre aujourd'hui la parution, il y a cent cinquante ans, du plus célèbre de tous les contes, Alice au pays des merveilles… (...)


C'est un enchantement, il ne faut pas se priver d'un plaisir pareil (...)


Sur la page de garde, Lewis Carroll a écrit en caractères gothiques, à l'encre bleue et rouge. Un cadeau de Noël à une chère enfant en souvenir d'un jour d'été (...)


Il écrit le livre avec application : la calligraphie est extrêmement soignée (...)


Le manuscrit Les aventures souterraines d'Alice publié jeudi en version originale dans un coffret par les Editions des Saints Pères a servi de matrice aux deux chefs-d'oeuvres (...)


Avant de voyager au pays des merveilles, Alice a vécu sous terre (...)


Le manuscrit des Aventures souterraines d’Alice a connu un destin peu commun. La « vraie » Alice revendit son précieux document (...)


C'est l'écrivaine Amélie Nothomb qui a eu l'honneur de préfacer ce nouveau bijou disponible le 26 novembre (...)


Amélie Nothomb : "C'est un livre formidable pour les enfants qui l'adorent, mais aussi pour les adultes" (...)

Avis Clients

Heintz

J’étais à la recherche d’un cadeau de Noël original qui dure dans le temps. La découverte des manuscrits m’a enchanté. Ils ont ravis leurs nouveaux propriétaires qui ont tout de suite plongés leur nez dedans!

Zoulikha Bendahmane

Bonjour, Commande facile à passée. Emballage du livre épatant. Livraison rapide. Bravo à vous. Et belle année 2020. Z. Bendahmane

Thierry Aymard

Dernier achat parfait. Avant dernier achat problème d'adresse erronée rapidement résolu par le service client. Donc pour résumer qualité Premium pour les ouvrages et pour le service client. Prix totalement justifié par la haute qualité

Numéro 54 reçu ce jour..superbe comme toujours ! Merci

Le manuscrit est effectivement sublime...Et le coffret réunissant également la première traduction est un bijou... Je ne remercierais jamais assez les Saints Pères pour leur travail en général, et ce manuscrit en particulier ♡

Splendide coffret, très belle réalisation et œuvre magistrale. Merci de nous offrir tant de beauté , de magie et d'émotion.

Je l'ai attendu avec impatience et suis très contente de ce manuscrit d'une très belle facture.

Il s'agit du premier livre édité par les Saints Pères en ma possession. Première impression en voyant le colis : ouh là, c'est gros ! Deuxième impression : mais qu'est-ce que c'est bien protégé par cet emballage très judicieusement conçu. Et troisième impression : ah mais le livre aussi est très gros !!
On n'a plus forcément l'habitude de ces grands formats. Ici, pour ce manuscrit, un si grand format ne se justifie peut-être pas forcément (étant donné que le texte du manuscrit lui-même n'occupe peut-être qu'environ 60% de la surface totale de la page). Mais peu importe au final. Ce livre est un magnifique objet, qu'on a plaisir à feuiller et feuilleter encore.
Sur l'impression ou l'aspect général, je n'ai pas beaucoup de commentaires, mis à part que tout me semble parfait ! Le papier est épais et agréable, la couverture de chacun des 2 livres est belle, solide et donne une sensation très agréable au toucher.
Sur le contenu enfin, les dessins de Carroll sont charmants de naïveté, et ceux de la version "imprimée" ne sont finalement pas si différents, l'artiste s'étant pour beaucoup inspiré des illustrations de Carroll, me semble-t-il.
Bref, c'est mon premier livre des Saints Pères, mais ce ne sera sans doute pas le dernier !