Tirage vert impérial,

numéroté de 1 à 1850,

$320 $

Très grand format (30 x 50 cm)

Plus de détails

livraison gratuite Livraison gratuite

La Bible historiale de Guyart des Moulins

Qui a écrit la Bible, l’ouvrage sans doute le plus lu dans le monde, ensemble de soixante-six livres aux genres multiples et sacrés ? La question peut paraître étonnante, mais l’est-elle à ce point : d’où viennent l’Ancien et le Nouveau Testament, rédigés avant et après Jésus-Christ ? Comment la parole céleste s’est-elle répandue sur terre parmi les hommes ?

Pour néanmoins tenter d’apporter un semblant de réponse, tout au plus peut-on s’appuyer sur d’anciens manuscrits pour pister et retracer une évolution à travers les siècles. La Bible est, à l’origine, en hébreu et en araméen. Elle est ensuite traduite en grec puis en latin – la traduction de Jérôme de Stridon*, La Vulgate, premier livre imprimé de Gutenberg en 1454, est fondatrice de l’Église au Ve siècle et suscite de nombreux commentaires qui font date dans l’histoire intellectuelle de l’Occident, comme ceux de Pierre le Mangeur**, maître historien de l’Europe médiévale. L’œuvre la plus célèbre de ce dernier est l’Historia scholastica, sorte de manuel d’exégèse de la Bible, abrégé des Écritures, destiné essentiellement au clergé.

Mais, au Moyen Âge, le latin est en réalité la langue des lettrés, celle des messes, que le peuple – voire les prêtres – ne comprend pas parfaitement. Petit à petit, afin que l’enseignement biblique se diffuse au mieux, la traduction en vieux français s’impose.

*moine, traducteur, docteur de l'Église et l'un des quatre Pères de l'Église latine, fondateur de monastères à Bethléem.

**également dit Pierre Comestor (1100-1179), théologien, doyen de l'église de Troyes.

La première traduction en français et en prose de La Bible

Cette première traduction de la Bible, réalisée par Guyart des Moulins en 1297, est l’une des plus célèbres de l’histoire de la Bible : on l’appelle la Bible historiale.

Historiale, pour "illustrée" mais aussi pour "liée à l’histoire". La Bible historiale juxtapose La Vulgate et l’Historia scholastica, et elle est aussi le recueil des légendes et des sciences nécessaires pour permettre l’interprétation des textes sacrés de l’Antiquité.

On découvre ainsi un livre dans le livre, comme un long commentaire aux nombreuses ramifications, nourri du folklore médiéval entre Orient et Occident, entre pensée juive et révélation chrétienne.

"Ce livre est l’encyclopédie médiévale. On y trouve tout ce qu’il faut savoir sur les animaux, les plantes, le calendrier, la vie des Patriarches. La vie d’Alexandre le Grand, le récit des arbres de la lune et du soleil qui prédisent l’avenir, l’Evangile apocryphe de Judas, les secrets de la magie de Moïse, des traductions des Histoires naturelles de Pline, deux versions du livre de Job, les secrets du nom de Dieu transmis par Flavius Josèphe – historien juif du Ier siècle." (voir postface de Xavier-Laurent Salvador)

Le livre ouvert de l'édition des Saint Pères de la Bible

Le manuscrit de Thomas du Val, un joyau esthétique réalisé en 1411

Le manuscrit se déploie sur de larges folios dans un état exceptionnel de conservation, et de grande taille (445 x 340 mm). Bordé de guirlandes florales et d’arabesques enluminées, surmonté de lettrines richement décorées, le texte s’ouvre sur la scène de la création. La figure divine, debout sur une sphère verte, entourée d’une atmosphère d’un bleu profond parsemé de figures angélique, parachève sa création. La main droite tendue vers le ciel, la main gauche tenant un compas aux branches déployées, la tête entourée de rayons dorés et le corps vêtu d’une robe blanche aux motifs célestes. Diverses scènes où la faune et la flore sont représentées suivent. Le lecteur reconnaîtra de nombreux épisodes clés bibliques entre ces pages : Adam au Paradis, la naissance d’Ève, la Tentation, la construction de l’Arche de Noé et le Déluge, la Tour de Babel, la destruction de Sodome, la fuite d’Égypte… Apparaissent encore, en filigrane, sur le papier, les lignes fines qui permirent au copiste d’orner les folios d’une écriture régulière et en colonnes.

"Il appartient au catalogue des possessions de la couronne d’Angleterre depuis 1535. Certains motifs à fleur de lis laissent toutefois penser à une commande de la famille royale de France." (voir postface)

La Bible - le livre ouvert

Un manuscrit collectif, réalisé par de grands artistes de l'époque

Cette version de la Bible, copiée, commentée et enluminée en 1411, est le fruit d’un travail de plusieurs artistes renommés du Moyen Âge : Jérôme de Stridon et Pierre le Mangeur, les incontournables auteurs, mentionnés plus haut ; et de Guyart des Moulins, moine de son état, le traducteur. Né en juin 1251 à Aire-sur-la-Lys, mort vers 1322, Guyart des Moulins est ainsi le traducteur de la première Bible en prose rédigée en français et traduite du latin, en 1294, à destination du peuple.

Deux autres artistes président également à la création de cet objet exceptionnel, conservé à la British Library de Londres (MS Royal 19DIII). Il s’agit tout d’abord de Thomas du Val, copiste de l’abbaye de Notre-Dame de Clairefontaine (diocèse de Chartres) ; et du Maître d’Egerton, l’illustrateur. L’empreinte particulière de Thomas du Val apparaît au fil des pages : prenant quelques libertés avec le texte original, il ajoute quelques passages, insère des lignes en latin lorsque la traduction ne lui paraît pas optimale, refuse de copier des mots qu’il juge indignes… Quant au maître enlumineur, on ignore son nom véritable. Il a probablement exercé son art à Paris entre 1405 et 1420. Influencé par les Frères de Limbourg (Pays-Bas), il est surtout connu pour avoir enluminé les Heures dites d'Egerton, livre d’heures auquel il doit son patronyme d’usage et ayant appartenu à la famille d’Anjou.

La couverture de la bible

La première partie de l'Ancien Testament

Ce manuscrit, dont le travail de restauration graphique aura nécessité plus de deux ans, est la première partie de l’Ancien Testament. Il contient la Genèse, l’Exode, le Lévitique, le Deutéronome, les Nombres, Josué, les Juges et les Roy. La suite paraîtra ultérieurement.

Le Facsimilé est suivi d'une postface signée par Xavier-Laurent Salvador, retraçant les origines de cette Bible. Xavier-Laurent Salvador, professeur agrégé, docteur ès Lettres de l’Université Paris Sorbonne (Paris IV), habilité à diriger les Recherches et maître de conférences à l’Université Paris XIII (Sorbonne Paris Cité) est l’auteur de nombreux ouvrages de référence sur le sujet : Vérité et Écriture(s) – Dire le Vrai dans la Bible historiale (Champion, 2004), Magie et merveille au Moyen Âge et leur portée symbolique (Signatura, Saint-Martin de Castillon, 2015) ou encore Archéologie et étymologie sémantiques (Zeta Books, 2017). Il a guidé le choix du manuscrit ainsi que son organisation fidèle à la tomaison originale.

La Bible - livre ouvert

Présentation de La Bible en vidéo :

grand livre en grand format

Afin de respecter le format original du manuscrit, le livre est édité en très grand format : 35 cm x 50 cm



Au bout de trois ans de travail, les Editions des Saints Pères viennent d'éditer la première traduction de la Bible en français. Ils ont présenté leur œuvre à des historiens venus du monde entier à Paris (...)


Éditions des Saints-Pères, qui ont vite acquis une réputation en rééditant des manuscrits de chefs-d'œuvre de la littérature, ont eu la bonne, l'excellente, allez ! la divine idée de réimprimer – à l'ancienne – une bible telle qu'elle le fut au Moyen Âge (...)


Les Éditions des Saints-Pères viennent de publier le manuscrit original d’une bible du Moyen-Âge (...)


Mêlant traduction du XIIIe, enluminures du XVe siècle et un travail de copie méticuleuse de la même époque, ce manuscrit de 1411 est enrichi des textes sacrés et de la glose qui enseigne notamment la recette de la myrrhe ou l'endroit précis dans Rome où est conservée l'Arche d'Alliance (...)


Les éditions des Saints Pères viennent de publier un superbe volume réunissant une première partie de l’Ancien Testament à partir d’une copie de la Bible historiale de Guyart des Moulins (...)

Avis Clients

Huguet Françoise

Je trouve que pour un texte et une présentation de cette valeur, la couverture de l'ouvrage n'est pas à la hauteur. J'ai acheté plusieurs manuscrits et je pense que vous devriez revoir ce côté de la présentation des ouvrages.

Christian F

Heureux possesseur de l'exemplaire n° 22, je dois avouer que la qualité de cet ouvrage est particulièrement exceptionnelle !
Je ne reviendrai pas sur le conditionnement qui, comme d'habitude avec Les Saints Pères, est d'un très haut niveau.
C'est un véritable plaisir que de toucher de ses mains cet immense ouvrage, au propre comme au figuré, de lire (parfois déchiffrer) le texte et savourer les enluminures.
Un ouvrage à posséder dans cette édition.