The United States
Declaration
of Independence de

$170 $

La Déclaration d'indépendance des USA, 
écrit de la main de Thomas Jefferson. 

Document recto-verso
Encadrement entre-deux-verres
Tableau de 63 cm x 43 cm. 

Plus de détails

livraison gratuite Livraison gratuite

La Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis : le manuscrit de Thomas Jefferson


Un peu plus d’un siècle après le Bill of Rights 1689 en Angleterre, et à peine trois ans avant la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 en France, la Déclaration d’Indépendance américaine institue pour la première fois officiellement les libertés et les droits fondamentaux déterminés par les philosophes de Lumières.

Le Manuscrit la déclaration d'indépendence des États Unis

Signée le 4 juillet 1776, la Déclaration d’Indépendance constitue le document fondateur des États-Unis d’Amérique. Affirmant l’indépendance des treize colonies d’Amérique du Nord de la couronne britannique, ce texte fortement influencé par la philosophie des Lumières formule les grands principes fondateurs de la nation, l’égalité, le droit à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur.

La naissance de la nation américaine

Au mois de juin 1776, après un an de guerre contre les troupes britanniques, les membres du Second Continental Congress se préparent à déclarer l’indépendance des treize colonies d’Amérique du Nord. Le 7 juin, Richard Henry Lee formule officiellement, la nécessité de l’indépendance : "all political connection [between Great Britain and the American colonies] is, and ought to be, dissolved."

 

Il y a plus de lumière et de sagesse dans
beaucoup d'hommes réunis que dans un seul.

Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 1835.

 

Malgré le désaccord de certains délégués, le Congrès nomme le 11 juin un drafting committee de cinq représentants, le Committee of Five, rassemblant Thomas Jefferson, John Adams, Benjamin Franklin, Robert R. Livingston et Roger Sherman. Thomas Jefferson est désigné pour préparer une première ébauche. Très influencé par les Lumières et en particulier Le Second Traité sur le Gouvernement de John Locke, il rédige en dix-sept jours un texte qu’il conçoit selon ses propres mots comme “an expression of the American mind”. Le 21 juin, Jefferson soumet le texte aux autres membres de la commission, qui le révisent, et le 28 juin, l’ébauche corrigée est lue au Congrès. Le Congrès accepte le texte après deux jours de débats et de corrections extensives, raccourcissant le texte d’un quart, modérant certains propos et supprimant un long paragraphe en faveur de l’abolition de l’esclavage.

L’indépendance est déclarée le 2 juillet et le 4 juillet, le texte est officiellement signé et approuvé. Imprimé dans la foulée, il se diffuse dans tout le pays au cours des mois de juillet et d’août, et gagne bientôt l’Europe.

Le manuscrit de la Déclaration d’indépendance

Le document reproduit dans ce cadre est the original draft de Thomas Jefferson, avec ses ratures et ses corrections. Si l’on a d’abord pensé qu’il s’agissait de l’ébauche présentée au Committee of Five le 21 juin, des études plus récentes suggèrent qu’il pourrait s’agir de la version incluant - de la main de Jefferson -, les modifications des autres membres de la commission.

Le quatrième feuillet révèle le passage concernant l’esclavage que le Congrès supprimera de la version finale. Le roi George III y est accusé de pratiquer la traite des esclaves et ces derniers sont incités à se rebeller en vertu de leur droit à la liberté.

Facsimilé déclaration independence USA

Après le 4 juillet, Thomas Jefferson conserve ce draft et effectue même plusieurs copies à l’attention de certains amis, dont Henry Richard Lee, dans lesquelles il soulignera les passages éliminés de la version définitive.

Thomas Jefferson, délégué du Congrès et père fondateur de la nation américaine

Lorsqu’il rédige la Déclaration d’Indépendance au cours de l’été 1776, Thomas Jefferson (1743-1826), délégué du Congrès, est âgé de trente-trois ans. Fervent lecteur et immense bibliophile, il acquiert au cours de cette période des milliers de livres pour sa bibliothèque à Monticello, constituant bientôt la plus grande bibliothèque privée des Etats-Unis. Après le rôle clé qu’il a joué pour l’Indépendance, il est choisi comme secrétaire d’Etat en 1880 et le 4 mars 1801, il prend officiellement ses fonctions de président.

Document recto-verso présenté dans un cadre entre-deux-verres (63 cm x 43 cm).

Cadre en bois, fabriqué en France. Chaque tableau est assemblé à la main dans nos ateliers à Cambremer.


Le Figaro Logo

Voyage au bout de la nuit : "La publication du tout premier 'jet' du Voyage au bout de la nuit enchante les Céliniens. Le plus ancien d'entre eux, Henri Godard, commente cet inédit" (...)

France Info Logo

Voyage au bout de la nuit : "Le manuscrit de ce texte vaut de l’or et aujourd’hui, il est conservé dans un coffre à la Bibliothèque Nationale" (...)


Les Fleurs du mal : "Vous l'avez peut-être vu hier mais comme les épreuves du bac démarrent demain on y pense : les éditions des Saints Pères publient cette semaine les épreuves corrigées du recueil de poèmes de Charles Baudelaire, c'est la seule trace manuscrite du chef d'œuvre de l'auteur puisque le manuscrit original n'a jamais été retrouvé" (...)


La Gloire de mon père : Une écriture sage, claire, appliquée, parsemée de boucles délicates. Des textes peu raturés mais réécrits, retravaillés dans une quête d'élégance permanente, parmi lesquels surgit soudain la froideur régulière d'une page dactylographiée annotée, complétée par la main de l'écrivain dans un curieux mélange extrêmement touchant. Ainsi se dévoile Marcel Pagnol (...)


À la recherche du temps perdu : "Dans une première version, rédigée en 1907, Marcel Proust se souvient avec émotion du goût du pain grillé mêlé au miel. Dans une seconde version, le pain grillé devient une biscotte. Il faudra attendre une troisième version pour que Proust se souvienne finalement du goût de la madeleine offert par sa tante" (...)